LE PARCOURS DU COMBATTANT

DE LA GUERRE 1914-1918

CONSTANT HUBERT 1875-1963
Sauvé du front par ses enfants...



Les informations sur le parcours d'un homme qui a été mobilisé pendant la Première guerre mondiale se trouvent parfois dans des endroits inattendus. C'est le cas de ces quelques lignes écrites par un homme dans un historique du 31e Régiment d'Infanterie.

 


Constant Hubert
est né le 23 mai 1875 à Noyen-sur-Sarthe, dans la Sarthe, dans une famille de cultivateurs habitant au lieu-dit « Les Morandières » (1). Il est difficile de savoir quel était le niveau social de cette famille : si le père a signé l'acte de naissance de son fils (2), il n'a pas été capable de signer une vingtaine d'année plus tard son acte de mariage.

Après des études qui l'ont probablement amené au certificat d'étude comme l'indique son niveau d'instruction de « 3 » dans son dossier militaire (3), il ne semble pas se destiner au travail de la terre. A 20 ans, il se déclare boucher et il a même été ajouté dans son dossier militaire qu'il savait tuer. En décembre 1895, il se fait recenser comme tous les autres hommes nés en 1875. Il n'est plus domicilié à Noyen, mais à Pirmil où se sont installé ses parents. Il n'est toutefois pas possible s'il y avait sa résidence à cette date. Début 1896, il participe au fameux tirage au sort. Il tire le numéro 33, un « petit numéro », synonyme de trois ans (contre un pour les gros numéros). Il passe devant le conseil de révision, probablement en mars ou avril 1896 au chef-lieu de canton, Brûlon. Après la visite médicale de rigueur, il est déclaré « bon » pour le service armé. Il devient pour l'armée le numéro matricule 227 de la classe 1895 au bureau de recrutement de Le Mans.

Le service militaire (1896-1899) :

Le 16 novembre 1896, à l'âge de 21 ans, il arrive à Melun au 31e régiment d'infanterie auquel il a été affecté. Le matricule qu'il a noté dans le livre est son numéro d'enregistrement au régiment, le n° 7251. Remarqué positivement, il devient soldat de 1ère classe le 7 juillet 1897 : cela lui ouvre les portes d'une promotion rapide vers les grades de sous-officier. Sans quitter son régiment, il passe l'année 1897-1898 à Blois, dans une autre caserne du 31e. C'est probablement là qu'il suit le peloton d'élèves caporaux qui lui permet de devenir caporal le 6 novembre 1897.



Cette photographie le montrant caporal (premier à gauche), elle a forcément été prise entre le 6 novembre 1897 et le 21 février 1899, donc soit à Blois, soit à Romorantin. En effet, en 1898-1899 il change une fois encore de caserne tout en restant au 31e RI : il est à Romorantin. Probablement faut-il y voir un lien avec son passage au grade de sergent le 21 février 1899.

Cette photographie est l'occasion de dire la précision toute relative de la description des recrues notée dans le dossier militaire. Constant y est décrit comme mesurant 1,64 m, ayant les yeux gris, les cheveux et les sourcils châtains, le front haut, le nez fort, la bouche moyenne, le menton rond et le visage ovale long. Trois hommes auraient pu correspondre sur cette simple photographie !

Il est libéré le 17 septembre 1899 avec son certificat de bonne conduite. Il rejoint Pirmil.

La vie civile (1899-1914) :

Son parcours professionnel après son service est moins clair. Plus de mention de boucher mais de cultivateur. Le 30 avril 1900, il est aide de culture chez ses parents aux Gonteries à Pirmil. C'est en tout cas ce que nous apprend son acte de mariage célébré à Coulans avec Léontine Amiard. Cette dernière est domestique de culture aux Charrières de Coulans (4).
Le 23 décembre 1900, ils s'installent à Crannes-en-Champagne, au lieu-dit l'Avalloir (à la sortie sur du bourg). Leur premier enfant, prénommé Constant (comme son père et avant lui son grand-père) nait dès le 18 janvier 1901 (5).

Malgré son retour à la vie civile, le monde militaire n'est pas absent de la vie de Constant. Dès 1902, il doit retourner à la caserne pour une première période d'exercices (2 au 29 juin, au 117e régiment d'infanterie du Mans). Trois ans plus tard, il effectue sa seconde période d'exercices, du 5 juin au 2 juillet 1905.

Le recensement de 1906 nous donnes des informaitons complémentaires : il y a 5 personnes dans le foyer. Constant, Léontine, leurs deux premiers enfants Constant et Casimir (né en 1905) ainsi qu'une domestique de Saint-Denis d'Anjou, Camille Gonnet (6). Léon nait en 1906 et André en 1909. C'est dont une famille de six personnes (et bientôt sept avec une nouvelle naissance) qui s'installe en juin 1910 à Amné-en-Champagne, au lieu-dit « Les Bordeaux ». Constant déclare son changement de résidence à la gendarmerie le 7 juin 1910. A partir de 1909, pour les militaires, il est territorial : il appartient désormais à la catégorie des soldats âgés destinés à travailler à l'arrière en cas de guerre. Il fait une troisième période d'exercices du 28 septembre au 6 octobre 1910, toujours au 117e RI du Mans. Cela aurait pu être son dernier contact avec la vie militaire.

La mobilisation :

Le 2 août 1914, la mobilisation générale est décrétée. Constant arrive au Mans le 4 août et est affecté au 28e régiment d'infanterie territoriale. Il est hélas impossible de déterminer s'il a suivi le régiment au front ou s'il est resté au dépôt : rien dans son dossier militaire ne permet de le dire.
Son parcours en tant que mobilisé est hélas peu précis : seule certitude, il quitte le 28e RIT pour rejoindre la 4e section de commis et ouvriers d'administration le 21 décembre 1915. Il s'agit de celle qui est gérée au Mans. Mais une fois encore impossible de dire s'il a reçu une affectation au front ou s'il est resté au Mans. Faut-il y voir un lien avec sa profession de boucher dans son dossier militaire ? Probablement pas, d'autant plus qu'il est devenu cultivateur après son service militaire. Il faut plutôt relier cette affectation dans une unité non combattante à une décision ministérielle du 7 novembre 1915 qui intéresse les pères de cinq enfants vivants et les veufs pères de quatre enfants (7) : ces hommes sont envoyés à l'arrière pour des postes sédentaires en remplacement d'hommes aptes à l'infanterie. Le cas de Constant rentre dans la catégorie D. On ne sait pas où il fut affecté. Seule une photographie témoigne de ce passage à la 4e SCOA (il est le troisième en partant de la gauche, seul à ne pas avoir le "4" de la 4e SCOA visible sur ses pattes de collet ou son képi).



En avril 1916, il est classé « apte à l'infanterie » ce qui ne change rien à son affectation. Le 19 juillet 1916, il passe à la 7e SCOA. En effet, son livret militaire nous apprend qu'il est affecté à la station-magasin d'Ambronay, dans l'Ain.

Le 18 février 1917, son sixième enfant, sa fille Camille, nait. Il ne faut que quelques jours pour obtenir le certificat le prouvant et faire les papiers nécessaires. Depuis mars 1915, les hommes pères de six enfants sont renvoyés chez eux. C'est chose faite pour Constant le 8 mars 1917. Administrativement, il est affecté à la 4e SCOA et rattaché à la classe 1887, la plus ancienne mobilisée. Il ne sera toutefois pas rappelé sous l'uniforme avant la fin de la guerre. Il est officiellement démobilisé le 17 mai 1919. Ses devoirs militaires s'achève en 1924.

Après la guerre :

Depuis juin 1910, Constant vivait à Amné-en-Champagne. C'est là qu'il retourne et 1917. Il devient maire de la petite commune après la guerre. Il le sera pendant 20 ans (son fils lui succèdera après la Seconde Guerre mondiale). Bien que la raison de son abandon du métier de boucher dans sa jeunesse ne soit pas connue, un de ses fils deviendra boucher au Mans. C'est son fils cadet qui reprendra la ferme.
Constant Hubert est décédé à Amné-en-Champagne le 31 mars 1963 à l'âge de 88 ans.

Remerciements :

Un grand merci à monsieur Louis Hubert, petit fils de Constant, pour m'avoir accueilli, prêté les documents familiaux et autorisé à publier cette courte biographie.


1.
Pour tous les lieux cités dans la biographie, vous pouvez vous reporter sur la carte Google Map (cliquez sur les repères ou zoomez dans la carte).
2. Acte de naissance de Constant Hubert, commune de Noyen-sur-Sarthe, Archives départementales de la Sarthe, 2E238/29, vue 62.
3. Fiche matricule, Classe 1895, matricule 227 au bureau de recrutement du Mans. Archives départementales de la Sarthe, 1R1413 vue 3109.
4. Acte de mariage, commune de Coulans-sur-Gée, Archives départementales de la Sarthe, 2E101/32, vue 102.
5. Acte de naissance de Constant Hubert (fils), commune de Crannes-en-Champagne, Archives départementales de la Sarthe, 2E112/22, vue 65.
6. Recensement de la commune de Crannes-en-Champagne, 1906, page 4. Archives départementales de la Sarte, 2Mi289/20.
7. L'intégralité de cette circulaire ministérielle du 7 novembre 1915 est lisible dans Législation de la guerre de 1914-1918 : Lois, décrets, arrêtés ministériels et circulaires ministérielles,... Volume 3, Édition F. Pichon et Durand-Auzias, Paris, 1916. Pages 118 à 120. Accès direct à l'article sur Gallica.

Dernière mise à jour de la page : 20 février 2011