LE PARCOURS DU COMBATTANT

DE LA GUERRE 1914-1918

Retracer le parcours d'une recrue (9)
Apte à entrer en campagne


Revêtir l'uniforme, être équipé d'un fusil, cela ne veut pas dire être prêt pour faire la guerre. À quel moment pouvait-on dire qu'une recrue était « apte à entrer en campagne » ?


D'un bleu à une recrue apte à entrer en campagne :


L'année d'instruction se divise en quatre parties qui font d'un jeune conscrit, le « bleu » arrivé en novembre avant 1900 ou en octobre après cette date, à son tour un « ancien ».

- À partir de l'incorporation de la nouvelle classe, pendant environ trois mois et demi, les recrues reçoivent une instruction individuelle et suivent l'école du soldat.

- Pendant deux mois et demi, l'école de section, de peloton puis de compagnie.

- Pendant deux mois et demi, l'école du bataillon et du régiment.

- Pendant deux mois, instruction d'application, instruction des réservistes et participation aux grandes manœuvres.


Avant 1905, les soldats dispensés ou ayant tiré le bon numéro ne faisaient qu'un an et pouvaient rentrer chez eux, leur instruction étant complète, les autres suivaient une instruction de perfectionnement au cours des deux années qui suivaient. Après 1905, la seconde année était consacrée à cet enseignement.


Être apte à entrer en campagne ne veut pas dire avoir fait un an à la caserne, le règlement est très clair à ce sujet. L'homme devait savoir « faire usage de ses armes, de son outil, exécuter l'école de section ». Il doit aussi connaître « les éléments du service en campagne » et être « suffisamment entraîné pour accomplir le chargement du sac, plusieurs marches consécutives de longueur moyenne ». Ce cap, important, intervenait entre février et avril de l'année suivant l'incorporation, à savoir autour de 3 à 5 mois d'instruction.


Où trouver l'information ?


Pour qui travaille sur le parcours d'une recrue, le seul moyen d'avoir la date à laquelle elle était « apte à entrer en campagne » est le livret individuel.





Hélas, c'est souvent un document qu'on ne possède pas et dans le cas des duplicata qui n'est pas renseigné à ce sujet.

L'information n'est pas présente dans les fiches matricules. Chaque homme était évalué au cours de son instruction, de nombreux documents administratifs étaient établis. La grande majorité était brûlée l'année suivant la libération de la classe concernée, ce qui fait qu'ils ne sont plus accessibles. Parmi eux, le livret matricule enregistre l'information comme le prouve un des rares exemplaires ayant échappé à l'incinération.



À défaut de sources officielles, il est possible d'estimer la date si la presse locale s'en fait l'écho ou si elle fait allusion à une cérémonie symbolique organisée à cette occasion.


Une cérémonie de passage symbolique :


Il n'est pas rare de trouver la mention dans les journaux locaux de telles cérémonies. Il convient tout de même de faire attention : le chef de corps ayant l'obligation de réunir le corps pour procéder à une présentation du drapeau à partir du moment où les nouvelles recrues pouvaient se tenir correctement lors d'une telle manifestation. Il n'est pas écrit lorsqu'il devient apte à entrer « en campagne ».


Cette cérémonie pouvait se dérouler bien avant (voir le cas de Bellac, le 14 janvier 1900) ou, si le chef de corps le souhaitait, être associé à ce passage symbolique.

Ce n'est donc pas une obligation : à Bellac, le 14 janvier 1900, le drapeau est présenté à des recrues loin d'être aptes à entrer en campagne puisqu'incorporées en novembre 1899.

La cérémonie consiste en une revue des jeunes recrues, un discours du chef de corps rappelant l'historique du corps avant la présentation du drapeau, élément central dans la construction de l'esprit de corps. En voici un exemple (1) :




On en trouve la narration dans plusieurs ouvrages d'avant-guerre comme dans ce lui de L. Picard (2).


Suite de la recherche :


Une fois apte à entrer en campagne, une dernière étape est attendue par les recrues : la fin de leur présence dans l'armée d'active.

- La libération de la classe.

Le déclenchement du conflit en 1914 va voir la formation singulièrement s'accélérer, aboutissant à l'envoi de certains hommes de la classe 1914 après moins de deux mois d'instruction.

- L'instruction des jeunes recrues pendant la guerre



1. Armée et Marine n° 51, 15 février 1907, page 562. Accès direct sur Gallica.

2. L. Picard, Soldat : les débuts militaires, Paris, éditions Jouve, 1913. Pages 251 à 254. Accès direct au chapitre sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56123612/f261.image



Publication de la page : 8 septembre 2013