LE PARCOURS DU COMBATTANT

DE LA GUERRE 1914-1918

Retracer le parcours d'une recrue (9)
L'instruction des nouvelles recrues


Pour faire du civil un militaire actif, on va lui donner un uniforme et, parce que « l'habit ne fait pas le moine », une culture militaire. L'acquisition de cette culture, l'instruction, se fait de plusieurs manières - des exercices pratique, des théories, des conférences et des causeries – et dans plusieurs domaines – service intérieur et service en campagne – tout au long du service actif.


Théories, conférences et causeries :

Entraîner les hommes est une chose. Mais la pédagogie militaire passe aussi par des cours appelés théorie, conférence ou causerie. Elles se différencient principalement par le ton sur lequel elles sont données et le nombre d'hommes qui l'entendent.

Causerie : conversation sur un ton familier (devoir, patriotisme, camaraderie, etc.).

Conférence : leçon publique plus développée donnée par un officier. Un recueil de textes de conférences par le capitaine Charles Jacob sur Gallica.

Théorie : développement de principes de la manœuvre.

Ces cours visent à créer un esprit de corps au niveau du régiment, au niveau de la section, de la compagnie, de la chambrée.

La base de cet enseignement passe par l'histoire du régiment, ses faits d'armes. Ils sont régulièrement rappelés (le règlement insiste sur ce point), appris, commémorés (notamment lors de la fête du régiment) et symbolisés par le drapeau.

On retrouve ici un procédé pédagogique semblable à celui utilisé dans l'enseignement de l'Histoire au début du XXe siècle, où l'on prend des figures historiques qui ont une valeur d'exemple pour élaborer chez les élèves la notion de patrie.

La plus grosse partie de l'instruction est faite non par des cours théoriques mais par des exercices pratiques.


Pédagogie et progression de l'instruction :

L'instruction, même si elle est sous la responsabilité du capitaine, ne se fait pas suivant les desiderata des officiers. Elle est normalisée, organisée par les règlements.

L'objectif de l'instruction militaire est unique, c'est d'ailleurs le premier paragraphe du règlement : « La préparation à la guerre est le but unique de l'instruction des troupes ».

L'instruction est d'abord individuelle (morale, physique, disciplinaire), puis progressivement collective. Elle vise à « transformer les jeunes gens du contingent en soldats alertes et vigoureux, aptes à supporter moralement et physiquement les fatigues et les privations de la guerre » (page 27)

Les principes pédagogiques peuvent se résumer ainsi :

- progressivité ;

- expliquer avant de faire pratiquer ;

- faire reproduire le mouvement montré ;

- sérier les difficultés rencontrées ;


Une fois les principes des grades et des commandements appris, commence une instruction organisée en « écoles » qui permettent à l'individu de devenir un soldat intégré dans un corps de plus en plus vaste : l'école du soldat, l'école de section, l'école de compagnie, l'école de bataillon. La maîtrise complète d'une école n'est pas nécessaire pour commencer la suivante.

En parallèle avec les écoles, les recrues suivent d'autres enseignements dans les domaines suivants : l'éducation physique, le tir, la marche, le service en campagne. Cette instruction très dense va faire de la recrue, du « bleu », un « ancien » qui accueillera l'année suivante les nouveaux arrivants.


L'école du soldat :

On apprend au soldat « tout ce qu'il doit savoir pour manœuvrer et combattre ». Cet enseignement est individuel et donne toutes les bases qui permettront de réussir les mouvements, marches au niveau de la section. Il est réalisé parallèlement avec les exercices physiques, les exercices préparatoires de tir et les éléments du service en campagne.

Programme de l'école du soldat :

Mouvements sans arme : - Garde à vous
- Repos
- A droite, à gauche (à l'arrêt et en marchant)
- Demi à droite, à gauche
- Demi-tour à droite (à l'arrêt et en marchant)
- Pas cadencé (120 pas à la minute), en avant, section, en arrière
- Pas de gymnastique (170 pas à la minute avec charge, 180 sans charge)
- Changer le pas
Mouvements avec arme /

- Position l'arme au pied
- Mettre l'arme sur l'épaule droite
- Reposer l'arme
- Arme à la bretelle
- Exécuter tous les mouvements vus sans arme avec l'arme
- Position à genou et couchée
- Mouvements de tir (charger, décharger, approvisionner, désapprovisionner)
- Feux (à cartouches comptées, à volonté, à répétition, par salves)
- Combat à la baïonnette (garde, déplacements, attaques, préparations, parades, ripostes)

Le tirailleur au combat


L'école de section :

Elle consiste à réunir deux escouades et leur faire faire « des exercices d'évolution et des exercices de combat ». L'individu apprend à combattre au sein d'un groupe.

Programme de l'école de section :


- Formation de la section (en ligne sur 2 rangs, en colonne par 4, colonne de route)
- Rassemblement (rassemblement, rompez les rangs)
- Marche (sans cadence, en cadence)

Mouvements de la section en ligne :

- Alignements
- Marche (de front, oblique, au pas de gymnastique)
- Demi-tour à droite, à droite, à gauche
- Face à droite, à gauche, au point indiqué
- Changement de direction en marchant
- S'agenouiller, se coucher, se relever par section

Mouvements avec l'arme
Former, rompre les faisceaux
Marche

- Passer de la formation de ligne à la formation en colonne
- Passer de la formation en colonne à la formation en ligne
- Mouvements de colonne
- Colonne de route

La section au combat

- Marche d'approche (les différentes formations : en triangle, en « tête de porc », en losange, en ligne d'escouade par 2...)
- En tirailleurs
- Feux
- Assaut
- Rassemblement et ralliement


L'école de compagnie :

On réunit quatre sections pour « des exercices d'évolution et de combat ». Le but est que les hommes apprennent à se battre au sein d'une compagnie.

Programme de l'école de compagnie :

Formation de la compagnie :

- Formation de rassemblement et de manœuvre (colonne par 4, colonne par compagnie, ligne de section par 4, ligne déployée).
- Colonne de route

Mouvements de la compagnie :

- Alignements.
- Marches et changements de direction.
- Rassemblements.
- Passer d'une formation à l'autre.


L'école de bataillon :

Il s'agit du dernier niveau d'instruction. Les quatre compagnies composant le bataillon sont réunies pour manœuvrer.

Programme de l'école de bataillon :


- Ligne de colonne.
- Colonne de bataillon.
- Ligne déployée.
- Colonne de route.


Un enseignement particulier : la marche.

La marche est un élément important de l'instruction de la recrue. Elle est quotidienne, au moins pour aller vers les zones d'entraînement, souvent en dehors de la caserne (théoriquement toujours même). Il s'agit également d'exercices spécifiques. L'aptitude à la marche est un des critères faisant qu'un homme est considéré comme mobilisable.


L'entraînement est progressif, que ce soit en distance et en poids porté. L'objectif est qu'au bout d'environ 5 mois, la recrue soit capable de porter l'intégralité de l'équipement au cours de plusieurs marches successives. Initialement, la marche se fait sans sac, puis avec sac vide et chargé progressivement. Même chose pour les cartouchières. Des poids en fonte sont placés dans les cartouchières en lieu et place des paquets de cartouches.


Le tir :

L'enseignement du tir suit également plusieurs étapes : des exercices préparatoires individuels qui consistent en une instruction technique permettant à la recrue de maîtriser tous les aspects préparatoires au tir de guerre. Ensuite, il s'agit d'une instruction tactique visant à apprendre à la recrue à utiliser ce qu'il a appris au combat.


Programme du tir :

Instruction technique :
Notion préparatoires :

- Tirer, c'est pointer (exercices de pointage).
- Tirer, c'est maintenir en direction (exercices de mise en joue).
- Tirer, c'est agir sur la détente (« dressage physique du tireur, exercice de l’œil, des bras, des poumons »).

Exercices de tir :

- Tir réel à distance réduite.
- Tir réduit.
- Tir d'instruction (augmentation de la distance).
- Tir d'application (conditions se rapprochant de celles du tir de guerre).

Instruction tactique :
Au niveau individuel :

- Appréciation des distances.
- Recherche et désignation des objectifs.
- Utilisation du terrain.
- Tir individuel de combat.

Instruction du groupe :

- Manœuvres avec feu simulé ou cartouche à blanc.
- Manœuvres avec tir réel.


Travaux de campagne :

L'instruction des recrues comprend également un entraînement à l'utilisation des outils réglementaires.

Programme d'instruction sur les travaux de campagne :

Instruction individuelle :

- Valeur et utilisation des couverts.
- Aménagement des couverts.
- Création de masques de terre individuels.

Instruction de groupe :

- Aménagement de couverts existants.
- Création d'éléments de tranchée.
- Travaux complémentaires (débroussaillement d'un champ de tir, établissement des passages de fortune sur les fossés et les ruisseaux, construction d'abatis sur place, destructions simples...).


Service en campagne :

Par « en campagne », il ne faut pas entendre « à la campagne », mais « au cours d'opérations de guerre ». Il s'agit d'abord d'utiliser les accidents du terrain pour voir loin sans se découvrir, puis dérober sa marche en avançant de position en position. Ensuite, vivre à l'extérieur s'apprend et passe par l'organisation de la marche, des cantonnements et bivouacs, la mise en sécurité de la troupe, de jour comme de nuit.


Instruction individuelle :
Connaissance et utilisation du terrain :

- Terrains.
- Eaux.
- Routes.
- Bois.
- Lieux habités.
- Objets saillants (clochers, tours...).
- Orientation (de jour, de nuit).

Indices :

- Reflets.
- Poussière.
- Feux de bivouacs.
- Bruits divers.
- Traces.
- Attitude de la population.
- Divers.

Transmission d'ordres et de renseignements :

- Instruction de la sentinelle.
- Instruction de l'éclaireur.

Instruction d'ensemble :

- Instruction de la patrouille.
- Instruction du poste.
- Instruction des unités constituées.
- Service de sûreté en marche.
- Service de sûreté en station.
- Des marches.
- Cantonnements et bivouacs.
- Exercices de nuit.


Éducation physique :

C'est une part non négligeable de la formation du soldat. Elle est donnée à tous les hommes, du service armé comme du service auxiliaire pour ce qui est des bases. L'armée fait attention que ses hommes soient aptes aux exercices proposés : les recrues passent une visite médicale lors de l'incorporation et une autre avant les manœuvres d'automne (le règlement n'indique pas si c'est tous les ans dans ce dernier cas). Les résultats sont notés dans une fiche médicale insérée dans le livret matricule de chaque homme.

Cette éducation est divisée en trois échelons :

- La gymnastique éducative individuelle et collective : la base, obligatoire pour tous. Elle est la base de l'instruction physique pendant les deux premiers mois.

- La gymnastique d'application : obligatoire pour les hommes du service armé. Il s'agit pour les recrues d'apprendre à surmonter les difficultés rencontrées en campagne. Elle est pratiquée, dès le troisième mois d'incorporation puis tout au long du séjour des hommes sous le drapeau.

- La gymnastique de sélection est réservée aux meilleurs.


Gymnastique éducative individuelle :

Mouvements simples pour assouplir, développer, entretenir, fortifier et préparer à la gymnastique d'application.

- Exercices de suspension.
- Exercices d'équilibre.
- Exercices du tronc.

- Exercices éducatif de marche, de course, de jeux.
- Exercices éducatifs des muscles abdominaux.
- Exercices éducatifs de sauts et de jeux.
- Exercices respiratoires.


Gymnastique éducative collective :

Les séances se composent d'exercices préparatoires (on parlerait d'échauffement aujourd'hui), d'exercices dérivatifs, d'exercices correctifs et d'exercices éducatifs. Il s'agit des mêmes exercices que ceux de la gymnastique éducative individuelle mais réalisés avec une intensité plus importante et moins de formateurs.


Gymnastique d'application :

- Escrime à la baïonnette.
- Lutte de traction et de répulsion.
- Lancement de boulet.
- Marche.
- Course.
- Sauts.
- Grimper, se rétablir, escalader.
- Équilibres.
- Natations.
- Boxe.




Gymnastique de sélection :

- Exercices athlétiques aux divers agrès.
- Jeux et sports : football rugby, football association, hockey, canne, baton, lutte...



La suite du parcours d'une jeune recrue :

Apte à entrer en campagne
La justice militaire


Pour approfondir :

    Progressivité de l'apprentissage à travers les exemples du chargement des cartouchières et du sac (1893)

    Instruction sur le port et le chargement des cartouchières et du havresac (1903)


Sources :

Manuel d'instruction militaire, librairie Chapelot, Paris 1914.

Ce manuel a été la source principale pour réaliser cet article dans la mesure où les règlements disponibles sur Internet sont les premiers établis après la défaite de 1870 et ont été modifiés au cours des décennies suivantes (la dernière version étant le Règlement de manœuvre d'infanterie du 20 avril 1914). Ils permettent tout de même de se faire une idée précise des différentes écoles :

Ministère de la Guerre, Règlement du 12 juin 1875 sur les manœuvres de l'infanterie, T.1-2 : rapport aui Ministre, l'école du soldat. Paris, Editions J. Dumaine, 1875. Accès direct sur Gallica.

Ministère de la Guerre, Règlement du 12 juin 1875 sur les manœuvres de l'infanterie, T.3 : l'école de compagnie. Paris, Editions J. Dumaine, 1875. Accès direct sur Gallica.

Ministère de la Guerre, Règlement du 12 juin 1875 sur les manœuvres de l'infanterie, T.4 : l'école de bataillon. Paris, Editions J. Dumaine, 1876. Accès direct sur Gallica.


Quelques livres pour approfondir la question :

En plus des sources, les trois livres suivants permettent d'en apprendre plus sur l'instruction des nouvelles recrues :

Le livre incontournable sur la question :
ROYNETTE Odile, "Bons pour le service", l'expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Editions Belin, Paris, 2000.

Un livre de conseils donnés aux futurs conscrits :
L. Picard, Soldat : les débuts militaires, Paris, éditions Jouve, 1913. Accès direct sur Gallica.

Un livre destiné aux plus jeunes à l'époque qui montre aussi cette étape du parcours de la recrue :
E. Lavisse, Tu seras soldat, Paris, Armand Colin, 1901 (17e édition). Accès direct sur Archive.org.



Publication de la page : 26 novembre 2012 - Dernière mise à jour : 24 août 2014.