LE PARCOURS DU COMBATTANT

DE LA GUERRE 1914-1918

Représenter et se représenter la
Première Guerre mondiale par l'écrit

Revenir à la page précédente
Une correspondance décortiquée :

- Berger Gérard, Une lettre par jour, correspondance de Joannès Berger, poilu forézien avec sa famille (1913-1919), Tome 1 : d'Epinal (Vosges) à Legé (Loire-Inférieure), novembre 1913 à septembre 1915. Saint-Etienne, Publications de l'université de Saint-Etienne, 2005.

J'ai commandé ce livre longtemps après sa publication, sans avoir cherché à savoir ce qu'il y avait dedans. S'agissant d'une correspondance dont le premier tome ne couvre que deux ans, j'ai imaginé un texte très dense. En l'ouvrant, comme souvent, j'ai eu la surprise de découvrir encore une manière différente de présenter une correspondance.

Avant d'aborder la lecture des lettres, on découvre Joannès Berger et sa famille dans une biographie bien plus complète que ce que l'on trouve généralement dans ce type de publication. C'est un apport fort utile pour comprendre les thèmes abordés dans les missives. Toutefois, on peut être étonné par les premières pages qui décrivent la commune de manière très détaillée puis par les suivantes où on voit bien que ce travail repose en partie sur une mémoire familiale. Joannès n'arrive qu'à la page 31.

Chacune des 240 lettres est introduite par une présentation précise indiquant la taille et le type de papier, le type de lignes, la présence ou non d'une enveloppe avec les informations qu'elle peut contenir, la date et le lieu de rédaction. Suivent un grand espace puis, enfin, la transcription de la lettre : tout un appareil et une mise en page qui m'ont laissé dubitatif. Est-il vraiment utile de donner tous ces détails dans une police de même taille que les lettres et sous une forme extrêmement (excessivement ? ) répétitive ? À cela s'ajoute un autre élément qui conduit encore plus à noyer les lettres : les 1414 notes de bas de page !

Si les notes de bas de page sont un outil fort utile pour préciser certains éléments, apporter des éclaircissements, là, elles hachent la lecture. Pas une seule lettre n'est épargnée et c'est en moyenne sept notes qui ponctuent chacune. Les lettres sont tout de même très courtes, cela donne une idée de la densité de ces notes. On finit par perdre de vue, au sens propre du terme la correspondance. L'exemple le plus extrême étant la lettre du 8 octobre 1914 : elle représente l'équivalent de 23 lignes (dont l'adresse et un post-scriptum) mais est divisée en trois pages en raison des nombreuses et volumineuses notes de bas de page.
Si certaines notes sont d'une grande utilité (apports d'éléments biographiques sur la personne évoquée, transcription de lettres permettant de mieux comprendre celle en cours de lecture), de nombreuses autres sont des références aux précédentes lettres voire des avis personnels du transcripteur. Les « Intéressante information, à retenir... » du début de l'ouvrage sont parmi les plus surprenantes et inutiles. Une grande partie de ces notes aurait été remplacée avec bonheur par une étude thématique rédigée. On a plus l'impression ici que le transcripteur a mis en bloc ses notes de travail, qui prouvent un travail considérable et une parfaite maîtrise de ces lettres mais qui ne sont le plus souvent utiles... qu'à lui !
Le risque d'une telle masse est que, en plus de hacher considérablement la lecture, le lecteur perde le fil de la lecture (et ferme le livre tant la lecture d'une seule lettre est longue) ou ne prenne plus la peine d'aller vers ces notes.
Ce qui est surprenant est qu'en mars 1915, Joannès Berger se fait photographier, mais il n'y a pas la moindre note de bas de page pour signaler que la photographie se trouve dans les annexes en fin d'ouvrage !

La présence d'un petit cahier d'illustrations à la fin de l'ouvrage permet de visualiser quelques exemples de courriers, quelques photographies. Ce n'est que par un cliché dont la reproduction est de taille réduite, que l'on découvre enfin le visage de Jaonnès Berger. J'ai toujours du mal à comprendre qu'on développe la biographie d'un homme, voire son portrait moral, sans penser à nous montrer son visage de manière nette, et ce dès le début de l'ouvrage.

Pour en finir avec la forme, l'ouvrage est accompagné d'une carte des espaces dont il est question (c'est déjà mieux que bon nombre de livres où il n'y en a pas) et d'une table très précise des thèmes, des personnes mentionnées, des lieux. Très utile pour une recherche précise (et rendant inutile une partie des notes de bas de page faisant référence à de précédentes lettres dans le cadre d'un thème!).

Pour ce qui est du fond certains points sont, à mes yeux, très intéressants, mais d'autres m'ont fait m'interroger sur la pertinence d'une telle publication.

La correspondance est intéressante d'abord parce qu'elle commence au moment de l'incorporation de cet homme en décembre 1913. On perçoit certaines étapes de sa vie de jeune recrue, la découverte progressive du monde particulier qu'est celui de la caserne, découverte qui efface peu à peu ses illusions. On y voit ses préoccupations, sa personnalité, sa foi, sa vision de certains faits.
Ces correspondances de jeunes recrues avant-guerre ne sont pas si courantes. On note toutefois la sécheresse factuelle de ces lettres mentionnées en introduction de l'ouvrage : il s'étend très peu sur ce qu'il fait concrètement. La taille du livre  me laissait espérer le contraire. Cette réalité est la même une fois la mobilisation décrétée et Joannès parti avec le 17e RI au combat. Il ne dit pratiquement rien de sa guerre. Très peu d'impressions, très peu de faits précis, aucunes références à ses expériences paroxystiques alors qu'il en a traversées.
En somme, les lettres se suivent et se ressemblent : propos vagues, pas de réflexion sur la guerre, pas de prise de recul, peu d'éléments sur la vie quotidienne à part quelques allusions au couchage et à l'hygiène. Ce ne sont pas ces lettres qui feront découvrir au lecteur la vie quotidienne au front, dans un hôpital, un dépôt ou un 9e bataillon, autant d'étapes par lesquelles cet homme est pourtant passé.
La meilleure illustration en est son aventure extraordinaire et dramatique de septembre 1914 à laquelle il fait quelques allusions allusives. Il a pourtant écrit le récit précis de ce qui lui est arrivé et comment il a survécu dans d'autres lettres qui furent même publiées dans la presse locale ! Même chose pour sa blessure de juillet 1915 qu'il cache pratiquement à sa famille.

La question se pose alors de la pertinence de publier une telle correspondance qui nous apprend si peu sur le vécu d'un combattant. Évidemment elle mérite d'être découverte car elle montre une réalité : celle de ces hommes qui ne disaient rien de la réalité de leur guerre à leur famille. Il s'agit, quasi quotidiennement, de rassurer, de garder aussi un fil ténu avec la vie de l'arrière. Ces lettres en sont un très bon exemple. Qui plus est, d'autres thématiques peuvent être abordées par cette correspondance : la découverte d'un parcours classique, depuis le service actif jusqu'à la mobilisation puis le parcours d'un homme, ses séjours à l'arrière, au dépôt, au 9e bataillon, ses changements d'affectation... On y voit surtout l'alternance des repos et des périodes en ligne, l'aide indispensable de la famille, morale, matérielle, financière ; l'aide spécifique de la religion, les contacts familiaux, avec les amis du pays, avec les camarades rencontrés lors des différentes affectations.

En guise de conclusion :

L'auteur prévoyait la publication d'un deuxième tome pour la correspondance puis d'un troisième pour une synthèse de l'ensemble. Pourquoi ne pas lui avoir conseillé de faire un volume comprenant toute la correspondance suivie d'un volume d'analyse simplement ? Dépourvu de la majorité des notes de bas de page et avec une mise en page un peu plus dense, cela aurait été certainement possible.
Cet exemple montre la difficulté quand on est membre de la famille de publier une correspondance (l'auteur de la transcription et des recherches est son fils) : il y a une charge émotionnelle qui pousse à faire plus, à mettre en valeur, ce que n'attend pas forcément le lecteur, probablement plus curieux des lettres en elle-même que de l'appareil critique l'accompagnant.
Un ouvrage a découvrir pour le thème que Rémy Cazals met en évidence dans sa préface, après une sempiternelle allusion à Barthas, à savoir la vision de la sociabilité de ce soldat. Tout en sachant que les deuxième et troisième tomes ne sont, à ce jour, pas publiés.

Edition - Le tome 2 a été publié en 2016 : voir mes commentaires à son sujet.




Revenir à la page précédente

Mise en ligne de la page : 26 juin 2014. Dernière mise à jour : 21 février 2017.