LE PARCOURS DU COMBATTANT

DE LA GUERRE 1914-1918

Représenter et se représenter la
Première Guerre mondiale par l'écrit

Revenir à la page précédente
Une belle réédition :

- Jean de la Ville de Mirmont, Lettres de guerre, Grenoble, Editions Cent pages (1917), 2014.

Cette réédition est originale, au moins dans la forme, pour plusieurs raisons : sa couverture sous la forme d'une feuille pliée dont les rabats sont remplis d'informations sur la présente édition, un papier épais dont il faut couper les feuilles. Elle diffère de l'édition originale de 1917 par l'absence de la préface d'André Le Breton et du portrait de l'auteur en uniforme de sergent pris en 1906 pendant son service actif.


Il s'agit d'une série de lettres écrites à son père et à sa mère par un homme de 28 ans, Jean de la Ville de Mirmont, employé à la préfecture de Paris. À ces lettres sont ajoutés quelques courriers à sa sœur et à sa nièce ainsi qu'un récit.


Jusqu'à la mi-août 1914, ses courriers tournent essentiellement autour de deux thèmes : la marche à la guerre puis la mobilisation et ses efforts pour être reconnu apte. Sergent pendant sa période active, il a depuis été réformé et souhaite réintégrer l'active en conservant son grade. La préface de la première édition rappelle qu'il se destinait à une carrière militaire, mais une chute entraîna sa réforme. Plus tard, des problèmes de vue importants conduisirent au refus de revenir sur son statut de réformé.

Dans ses courriers, on perçoit un homme déterminé à partir au front, très sensible à certains discours patriotiques (les magasins Maggi officines d'espions allemands, la valeur des cosaques, des turcos, des soldats noirs, des marsouins…). Fin août, il note ses impressions sur les échecs en Lorraine, « la déroute d'une division provençale ». Il se fait aussi l'écho de rumeurs publiées par les journaux : « Les Allemands s'enfuient devant les baïonnettes (…) les Prussiens n'ont pas de quoi manger », page 39.


La situation s'éclaircit pour lui qui est las de « servir administrativement » et qui voudrait « servir militairement » comme il l'écrit. Il est enfin autorisé à contracter un engagement volontaire pour la durée de la guerre. Il choisit le 57e RI de Libourne en raison de ses attaches à Bordeaux tant familiales qu'affectives. Le 12 septembre 1914, il écrit qu'il est affecté à la 29e compagnie du dépôt du 57e RI. Ses premières lettres au dépôt sont encore dans l'esprit des articles qu'il a dû lire en août à Paris : « les fusils modernes ne tuant que si la balle rencontre la vessie (…). Les blessures, aseptisées, ne font que peu souffrir ». Autant on peut imaginer qu'il ait été aveuglé à Paris par le bourrage de crâne de la presse, autant au dépôt, au contact des premiers blessés on peut se demander quelle est la part d'autosuggestion et de mise en scène pour rassurer ses parents dans ses courriers.


Arrivé à Libourne, l'auteur est au dépôt. Il est sergent et s'occupe des réservistes pendant deux semaines, attendant de partir en renfort pour le front. Il se montre toujours aussi déterminé et n'est pas avare sur les mots qui le montrent dans ses courriers.

Une fois au front, sa vision de la guerre est moins « romantique ». Si ses courriers sont toujours autant animés par son patriotisme, ils se teintent d'un réalisme nouveau. Quand tant de combattants édulcorent la réalité pour ne pas inquiéter leurs proches, lui, dans un style bref, est d'une étonnante franchise. À peine arrivé, il assiste à une exécution (mais il ne la note que dans un carnet, pas dans son courrier) puis découvre les horreurs de la guerre et surtout la menace représentée par les obus explosifs. Il se désole de ne toujours pas avoir tiré un coup de feu après plusieurs semaines de présence au front. Dans le même temps, il évoque à plusieurs reprises la fin probable, acceptée, qu'aura tout cela : soit une blessure qui lui permettra de revoir sa famille, soit sa mort. Il n'a pas pour autant de haine pour les ennemis : il participe à une fraternisation.


Il se bat pour la première fois début novembre 1914, y voit nombre de camarades tomber à côté de lui. Il y gagne une citation à l'ordre du régiment.


Il tombe quelques semaines plus tard.


Cet homme ne doit pas mentir sur sa vision de la guerre. Elle est aux antipodes de celles de nombreux combattants, mais n'oublions pas que chaque homme a sa perception des choses, tout comme il a son propre parcours. Jean a une vision très patriotique, « romantique », idéalisée, presque naïve avant de partir, mais tout aussi positive et volontaire une fois confronté à la réalité du front. Il mène une sorte de croisade, imprégnée de références à 1871. On devine une exaltation à combattre, à être présent pour ce qui est une aventure extraordinaire qu'il ne faut manquer pour rien au monde.

On y trouve aussi une relation très forte avec sa famille, avec sa mère en particulier. Par ses courriers, il dialogue avec sa famille, il insiste aussi beaucoup sur l'importance des courriers et des colis reçus. La narration entre ses lettres du 13 septembre et du 25 septembre forme un récit continu, centré sur les venues de sa famille à Libourne à la caserne de Jean. Le point de vue adopté (une narration à la troisième personne du singulier) laisse planer un doute sur son auteur. S'agit-il des mots de Jean ou ceux de sa mère ? Jean est observé, décrit. Rien dans la présente édition comme dans la première ne vient  le dire clairement.


Un livre qui éclaire sur le parcours atypique de cet homme, écrivain et poète passionné, mais qui se révèle être aussi passionné par la défense de son pays pour qui il est prêt, dans ses mots et dans les actes à tous les sacrifices.


  • En complément :


En 2013, Jean de la Ville de Mirmont a été au centre du roman « Bleus horizons » de Jérôme Garcin. Ce roman a été chroniqué ici.


On pourra aussi relire la préface et voir la photographie de Jean dans la première édition de ses lettres disponible librement sur le site Gallica à cette adresse : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64656844/f148.image


Le parcours de Jean de la Ville de Mirmont sur le champ de bataille du Chemin des Dames en 1914 a fait l'objet d'un long article par Guy Marival dans la Lettre du Chemin des Dames dans son édition d'automne 2011 (n° 23) puis pages 34 et 35 dans son édition n° 29 intitulée « rétrospective des dix ans » de 2013. Lien vers tous les numéros de cette revue.


Le seul roman publié de son vivant par Jean de la Ville de Mirmont, Les dimanches de Jean Dézert est aussi disponible aux éditions Cent pages : http://centpages.atheles.org/horscollection/lesdimanchesdejeandezert



Revenir à la page précédente

Publication de la page : 17 septembre 2015