LE PARCOURS DU COMBATTANT

DE LA GUERRE 1914-1918

Représenter et se représenter la
Première Guerre mondiale par l'écrit

Revenir à la page précédente
D'une sœur sur son frère :

-ESCANDE Anne-Marie, Lieutenant Joseph Escande, Nantes, Imprimerie du Commerce, sans date.

Les biographies réalisées pendant et juste après la guerre, publiées dans le cadre familial, se retrouvent parfois dans des bibliothèques. Éditées à peu d’exemplaires, elles donnent souvent une vision hagiographique de la vie du soldat décédé. Cette biographie est dans cette logique mais en étant un outil de deuil particulier. Ici, l’ouvrage obéit à une volonté singulière.

Cette biographie n’est pas neutre, elle a même un objectif très clair bien qu’il ne soit pas présenté ainsi : il s’agit de faire le portrait édifiant de Joseph Escande dans le cadre d’une publication offerte aux lauréats d’un prix au lycée de Nantes. Ce prix est directement lié à Joseph Escande, ancien prix d’honneur de philosophie de cet établissement avant-guerre.
Tout est fait pour que Joseph Escande soit un modèle pour les jeunes lecteurs. Il est vrai que la réussite scolaire du jeune homme est exemplaire : prix d’honneur en philosophie et en rhétorique,  préparation des licences de Droit et ès-lettres en parallèle. Même mobilisé, il se classe 1er des élèves officiers de réserve (sur 188 candidats) en 1915 et réussit sa deuxième année de Droit pendant une convalescence liée à sa deuxième blessure !

Il s’engage le jour de ses 18 ans, en novembre 1913, au régiment de Nantes, le 65e RI. Il s’agit d’une stratégie pour terminer ensuite ses études. C’est avec ce régiment qu’il part pour le Nord-Est. Il est nommé caporal le 2 août puis sergent avant sa blessure aux combats de Fère Champenoise (et non « La » Fère-Champenoise comme on le trouve dans cet opuscule, la fiche matricule et le texte de sa citation)..

La suite de son parcours est narrée avec détails sans que les adjectifs utilisés au début de la brochure ne soient présents. Toutefois, les principales étapes au front reposent sur les citations et nous en apprennent finalement peu. C’est ce qui pose réellement problème dans cette biographie : sorti des éléments liés à ses citations, à son parcours scolaire, il n’y a pratiquement rien. On est dans l’hagiographie simple : pas un mot sur son caractère, pas un mot sur d’autres éléments vécus. Rien sur d’éventuelles lettres, sur des souvenirs de camarades, sur la vision de la famille. Ce n’est qu’une suite d’éléments traçant une récit court de sa vie.

On note également l’absence complète de tout élément sur la famille comme l’existence d’une fratrie ou même l’identité de ses parents. Son père, Isidore Escande est pourtant un professeur de français à l’ENP Livet de Nantes (Ecole nationale Professionnelle) et il en sera même le directeur intérimaire d’août 1914 à juin 1915. Joseph a deux sœurs, Henriette Marie Rose née en 1891 et Suzanne Anne-Marie Magdelaine née en 1897.

  • Un auteur anonyme ?


Savoir qui est l’auteur pourrait expliquer ces choix. L’auteur a signé de ses initiales « AME » : s’agit-il d’un professeur du lycée, d’un membre de la famille ? La dédicace est un indice précieux pour émettre une hypothèse :

« A mademoiselle Chanains
En souvenir bien sympathique
AM Escande de St Blanquat
24 janvier 1930 »





« AME », la signature à la fin de l’opuscule pourraient être les initiales d’Anne-Marie Escande, dont le nom d’épouse est Anne-Marie Escande de Lingua de Saint Blanquat. Au moment de la rédaction, en 1920, elle est toujours Anne-Marie Escande, étudiante en anglais. Mariée depuis 1924, elle signe alors « AM Escande de St Blanquat ». Il s’agit donc très probablement d’une dédicace de l’auteure à une étudiante. Un rappel important : elle est née dans le Lot comme Joseph en 1897 et elle est tout simplement la sœur de Joseph Escande. Le site du lycée Balzac de Tours nous apprend qu’elle était agrégée d’anglais, elle fut directrice du Lycée Balzac de Tours de 1940 à 1952. Elle est décédée en Ariège à l’âge de 99 ans. La mort de son frère ne fut pas le seul deuil lié à la guerre dans sa vie : son mari, officier, fut tué au combat dans la Somme en 1940.

La sœur de 19 ans a donc rédigé ce texte. Est-ce la raison pour laquelle elle est restée si factuelle, n’apportant aucun élément humain, ne montrant pas la moindre émotion ? Il est difficile de croire que le texte ne passa pas entre les mains des autres membres de la famille avant publication.

Concernant la date de publication, un ajout de juillet 1925 donne une date forcément postérieure à cette année. La dédicace dans l’exemplaire utilisé, datée de janvier 1930 donne donc une impression entre juillet 1925 et janvier 1930.

Ainsi, même s’il était destiné à être diffusé, cet ouvrage avait pour but avant tout de proposer un modèle, peut-être dans le but de rendre ce sacrifice utile pour les nouvelles générations. Derrière le modèle proposé, le deuil de cette famille reste invisible, à l’exception de la création d’un prix et ladite publication.
D’après le site « 1913-1919 Nos Ans Criés », le prix « Lieutenant Joseph Escande » fut décerné de 1919 à au moins 1939. Il est étonnant que ce site n’ait pas fait mention de l’opuscule, les deux illustrations ayant été extraites et mises en ligne sans indication de la source.


  • Pour lire cet ouvrage :


J’ai réalisé la transcription de cet ouvrage en respectant orthographe, ponctuation et noms des lieux utilisés. Elle est mise à votre disposition suivant les règles du Creative Commons : Attribution + Pas d’utilisation commerciale + Partage dans les mêmes conditions (BY NC SA ) en version pdf imprimable.
Si vous constatez des erreurs ou des coquilles, n’hésitez pas à me les signaler, je mettrai le fichier à jour.

Télécharger l’ouvrage (avec illustrations) au format pdf


  • Remerciements :


Merci à Denis Delavois du blog du 149e RI, pour le prêt du document original qui a permis cette transcription.

  • Pour en savoir plus :


Page consacrée à Joseph Escande sur le site « Nos Ans Criés », Comité de l'Histoire du lycée Clemenceau de Nantes. Consultée le 30 octobre 2017.
http://www.nosanscries.fr/individu/escande-joseph/

Site du lycée Livet. Consulté la 30 octobre 2017.

Archives départementales de Loire-Atlantique :
1 R 1300 - Liste matricule de Joseph Escande, classe 1913, matricule 726 au bureau de recrutement de Nantes.
1 R 1327 - Fiche matricule de Joseph Escande, classe 1915, matricule 85 au bureau de recrutement de Nantes.

Dossier de la Légion d’Honneur : dossier LH/902/54
http://www.culture.gouv.fr/LH/LH070/PG/FRDAFAN83_OL0902054v001.htm


Revenir à la page précédente

Mise en ligne de la page : 31 mars 2018.