LE PARCOURS DU COMBATTANT

DE LA GUERRE 1914-1918

Représenter et se représenter la
Première Guerre mondiale par l'écrit

Revenir à la page précédente
Un double témoignage : le combat d'un fils, la douleur d'une mère.

-Porchon Robert, Carnet de route, suivi de lettres de Maurice Genevoix et autres documents, Paris, éditions de la table ronde, 2008.

Quand on a aimé « Ceux de 14 » de Maurice Genevoix, on se dit qu'on ne peut rien lire de plus intense, de plus humain, que rien n'a été écrit d'aussi réaliste. Loin de moi l'idée de critiquer cet authentique chef d’œuvre, mais simplement de dire que si vous avez aimé « Ceux de 14 », lisez les écrits de Porchon.
Aucun texte n'est ni sera jamais complet sur la guerre d'un seul homme. Les écrits de Porchon permettent de s'en rendre compte : il raconte des faits, des anecdotes identiques à celles de son ami Genevoix, mais il les complète, il en donne une vision différente. De ce fait, cette lecture enrichit celle de « Ceux de 14 » vu que ses écrits se déroulent au même endroit, dans le même secteur, avec les mêmes hommes.
On se rend compte également que Genevoix n'a pas tout raconté même s'il a tant dit. Les courriers de Genevoix à la belle-mère de Porchon, tout ce qu'il a fait après en lien avec son ami, il n'en dit pas un mot dans « Ceux de 14 ». Sa douleur, il n'y consacre que peu de mots dans son écrit, on la découvre dans ses lettres.
Alors que les écrits de Porchon sont d'une grande richesse, je tombe dans le piège qui est d'en faire une présentation en lien constant avec les écrits de son ami Genevoix. Il n'est donc pas étonnant qu'une bonne partie de la préface fasse de même. Les œuvres sont trop liées pour faire l'impasse de ces rapprochements, il convient de ne pas oublier les spécificités de ce travail qui n'a été publié pour la première fois qu'en 2008.

Même si l'on n'a pas lu Genevoix, on peut lire Porchon. On y découvre le bref parcours d'un jeune homme en guerre à 20 ans et pleuré par sa famille à 21 ans. Ce jeune Saint-cyrien s'est destiné à une carrière militaire qu'il est fier d'entamer par une telle campagne. Par son carnet et par ses lettres à sa belle-mère, on découvre sa vision de la guerre, sa guerre. D'abord l'attente au dépôt, puis le front au 106e RI, les premiers échecs, le baptême du feu, les combats de nuit, la guerre qui s'enterre, sa vie quotidienne dans le secteur des Éparges pendant l'automne puis l'hiver. On y trouve mention de Genevoix, des questions qu'il se pose quant à sa position d'officier de 20 ans qui doit diriger des hommes de 40. On perçoit l'évolution de sa vision de la guerre, même si on ne lit aucun doute sur la mission qu'il a, aucun état d'âme.

L'ouvrage est découpé en trois parties, liées au support et au déroulement des événements : la transcription du carnet de Robert Porchon jusqu'en octobre 1914, complété par quelques lettres ; ensuite, les lettres envoyées à sa belle-mère d'octobre 1914 à février 1915 ; finalement, les lettres reçues par sa belle-mère après la mort de Porchon le 20 février 1915. Thierry Joie a fait un travail très utile de présentation de l'édition de cet ensemble. Tout a été recopié par la belle-mère de Porchon et relié par ses soins. Il a précisé les choix éditoriaux, donné des indications fort utiles sur la famille et ajouté des remerciements (où l'on trouvera sans surprise le nom de Florent Deludet et de Stéphan Agosto).

  • Un carnet de guerre :


Les écrits de Porchon, ce sont d'abord des notes prises du 31 juillet à début octobre 1914 dans un carnet. Pour mieux nous rappeler que les réactions face à la mobilisation, si elles s'inscrivent dans une logique, sont individuelles, Robert Porchon est impatient de se battre. Il doit attendre un mois avant de rejoindre le front au dépôt de Châlons-sur-Marne dont il nous livre le quotidien dans des lettres (GVC, espions, aide pour préparer une compagnie du régiment de réserve, surveillance des postes de garde installés dans la ville, mention de Genevoix le 12, messe...). En effet, il ne commence son carnet qu'une fois arrivé au front, le 25 août 1914. Les notes sont brèves, tout comme les courriers transcrits pour cette période. Il indique les lieux, les principales activités de la journée et ce qui sort de l'ordinaire ainsi que le temps. Il ne rédige pas toujours des phrases, comme pour le 1er septembre : « Nuit blanche – trompettes boches, cri des blessés – corvée d'eau » (page 65). Sa culture militaire et probablement familiale fait qu'il note le 2 septembre : « Anniversaire de Sedan ».
Le 6 septembre est la première journée dont le récit est vraiment développé, et pour cause : c'est le jour de son baptême du feu. Il écrit sa colère contre les officiers qui reculent, qu'au cours de l'attaque il a tué, que pendant le recul il a pleuré. Les autres journées ainsi développées sont les 10 (combats de nuit de la Vaux-Marie), les 22 et 24 (combats au carrefour de Calonne et au bois de Loclont).
Son carnet s'achève le 3 octobre mais des courriers prennent le relais.

  • Les courriers :


Ces courriers vont de la période où le régiment s'installe durablement dans les Hauts-de-Meuse jusqu'à la première attaque pour conquérir les Éparges en février 1915. Ces courriers alternent les narrations purement factuelles et celles où il raconte des faits d'arme, parfois longtemps après leur déroulement. On notera d'ailleurs que lorsqu'il revient sur les combats de la Vaux-Marie, il ne dit pas forcément tout ce qu'il avait noté dans son carnet.
Il décrit les installations successives, la relève, le quotidien, insistant particulièrement sur la boue et les conditions météorologiques. En novembre, il décrit longuement son abri, sa vie dans le village des Éparges et qu'il s'amuse de voir un obus de 155 français exploser et projeter en l'air le corps d'un Allemand. Dans la même lettre, il revient sur sa remarque : « Eh ! Bien la guerre nous rend sauvage car ce spectacle nous a fait rire ! On finit par se cuirasser contre les spectacles les plus horribles et il faut être seul et réfléchir pour être ému. » (page 108).
Un peu plus tard, il rassure sa mère et lui dit de ne pas faire confiance au communiqué officiel. Il la remercie pour l'envoi de cache-nez et de calottes pour ses hommes. « L'un d'eux a déclaré que c'était "maous", un autre a trouvé que c'était "pépère" ». À la demande de sa belle-mère, il lui écrit ce qu'il pense de sa compagnie : son avis est plutôt négatif mais il y a quelques hommes qui sortent du lot, comme le fameux Butot, ancien légionnaire aussi apprécié par Genevoix.

La mort est relativement peu évoquée, à part dans une lettre écrite le 1er janvier 1915 où il mentionne la mort d'un officier et d'un caporal au même endroit. Par contre, un élément revient à plusieurs reprises dans les lettres : le fait d'être si jeune et de devoir donner des ordres à des hommes de 30 voire 40 ans semble lui poser un problème. « Je ne sais pas si je t'ai dit que depuis le début, je laisse pousser ma barbe. Elle commence à être imposante et me donne un air plus respectable pour commander à des hommes de 40 ans » (page 116).Inversement, concernant ma classe 1914 qui vient d'arriver il note « "Ces pauvres gosses" comme je dis avec compassion, oubliant tout-à-fait que c'est ma classe et que j'ai le même âge qu'eux ! Mais aussi si tu voyais ma barbe ! Ça donne de l'autorité quand j'em… balle pour une raison ou une autre Monsieur X honnête fermier père de 4 enfants (…), ou Monsieur Y âgé de 41 ans ».

Le 25 janvier, il a 21 ans, il est majeur. Il écrit une lettre toujours centrée sur son âge : il est fier car on lui donne en moyenne 28 ans. En février, les lettres sont plus espacées jusqu'à un mot envoyé le 17 février pour rassurer sa belle-mère. L'attaque des Éparges était en pleine préparation et elle est peu après fatale à Robert Porchon.

  • L'après :


Porchon meurt le 20 février 1915. Dès lors, ce sont d'autres lettres qui parviennent à sa belle-mère. Il y eut d'abord celle qui annonça la mort de Robert par une tante de Genevoix puis les lettres de Genevoix. Il a cherché à savoir ce qui s'était passé et il a donné tous les éléments qui étaient en sa possession, allant jusqu'à faire le croquis du village pour indiquer où il était inhumé. On devine la peine qui fut celle de Genevoix. Ensuite, ce sont les lettres des autres officiers du bataillon (Bord, le médecin Lagarrigue notamment), du commandant du régiment. À la fin de cet ensemble, en plus de documents transmis par le régiment, comme la demande de citation par le commandant du bataillon, on trouve des extraits du carnet de l'adjudant Germain ainsi que des lettres des autres hommes de la famille, dont le général Delarue (tué quinze jours plus tard) ou du gendre (tué en octobre 1915).

Ces lettres nous confrontent à la douleur des amis de Porchon mais plus encore à celle, en creux, de sa belle-mère. De tout ce qu'elle obtint par ses courriers, elle fit un manuscrit regroupant tous les documents transcrits dans cet ouvrage.

  • En guise de conclusion :


Par son travail mémoriel, la belle-mère de Porchon a perpétué la mémoire de ce jeune officier. Malgré la perte des documents originaux, ce manuscrit enfin publié pour la première fois en 2008 permet de découvrir le parcours d'un homme qui n'était connu que par les mots de Genevoix. Les siens nous donnent une source riche et diverse, d'un point de vue humain, que ce soit au niveau du combattant, de sa belle-mère ou de ses camarades.
L'ensemble est très riche et permet de découvrir les mots que pouvait utiliser un jeune homme, que ce soit dans ses notes ou ses lettres.




Revenir à la page précédente

Mise en ligne de la page : 27 août 2014.