LE PARCOURS DU COMBATTANT

DE LA GUERRE 1914-1918

Représenter et se représenter la
Première Guerre mondiale par l'écrit

Revenir à la page précédente
Parcours :
THOME Jacques, Le fantassin de Kerbruc, Editions Ivan Davy, Vauchrétien, 1991.

Pour dire à quel point ce petit livre est dans l'esprit de ce site, je vais seulement reprendre les mots d'Alain Jacobzone1 qui en a écrit la préface, page 8 : "Merci à l'historien d'avoir su retrouver et saisir l'itinéraire tragique d'un huit-millionnième de nos fantassins entre granit et calcaire".


Un destin tragique et si ordinaire : Michel Urvoas, classe 1915, mort au front à 20 ans le 10 octobre 1915 alors qu'il était au 8e régiment de zouaves.

Ce qui fait l'intérêt de ce livre par rapport à d'autres ? Tout destinait cette individualité à l'oubli : journalier issu d'une famille particulièrement pauvre, sachant difficilement lire et écrire. Pourtant, il a écrit et grâce à ses mots, il a laissé des éléments de sa vie, ses joies (souvent), ses inquiétudes (parfois). On suit cet homme grâce au travail de Jacques Thomé, à la fois dans ce qu'il a d'individuel et en le remettant dans son contexte général. Autre plus de ce livre : il ne commence pas le deux août 1914, il ancre son acteur principal dans son quotidien d'avant, son contexte professionnel et familial, ce qui permet de mieux comprendre sa vision des choses. C'est un élément qui nous manque bien souvent dans ce que nous cherchons à retrouver.


1. On doit à Alain Jacobzone un excellent ouvrage sur tous les aspects de la Première Guerre mondiale dans le Maine et Loire, dans ce qu'elle a changé à l'arrière, comment elle y était vécue.

Revenir à la page précédente

Dernière mise à jour du site : 8 août 2010.