LE PARCOURS DU COMBATTANT

DE LA GUERRE 1914-1918

Représenter et se représenter la
Première Guerre mondiale par l'écrit

Revenir à la page précédente
Plus que l'Indre, les Indriens  :
- BERNARD Daniel, L'Indre dans la Grande Guerre, entre le front et l'arrière, Saint-Avertin, Editions Sutton, 2013.

Après l'exemple des soldats mayennais, voici un autre ouvrage qui aborde la guerre dans un département et qui montre la qualité à laquelle on peut aboutir : un livre illustré de documents inédits qui aborde les principaux thèmes liés au conflit dans l'Indre.


La photographie de couverture donne le ton : elle est superbe, montre un père et son enfant devant l'affiche de la mobilisation. Une histoire humaine, ceux qui partent et ceux qui restent. Cette photographie prend encore plus de sens quand, au même endroit, l'homme revenu se fait photographier à nouveau avec sa fille en 1919 (page 86).


Reposant sur des parcours individuels, cet ouvrage commence de manière fort originale, la mobilisation vue par des personnes interrogées en 1984. Cela donne une présentation passionnante, même si l'auteur lui-même introduit cette partie en évoquant les limites du témoignage oral. Couplés à des coupures de presse ou à des photographies, ces témoignages n'en sont que plus intéressants.


Tous les aspects de la guerre sont présentés, plus chronologiquement ensuite, toujours illustrés de belles photographies (j'ai noté, sans surprise, la participation de Jérôme Charraud).

La mobilisation économique est traitée après la mobilisation humaine. Elle commence par les réquisitions qui sont superbement illustrées, une fois encore, par plusieurs photographies. Ces recherches locales permettent d'aborder des sujets peu évoqués dans la littérature sur le sujet : ici, les réquisitions (chevaux, voitures, bœufs, fourrage,… ) ou la réglementation de la consommation.

Le problème de la main d’œuvre, central dans un département rural, est l'objet d'un chapitre. Les permissions agricoles (et ses abus), l'utilisation des prisonniers sont présentées.

Autre sujet original, le chapitre sur l'école en guerre suit le témoignage d'un instituteur et donne des exemples de cahiers d'élèves.

La question du secours aux blessés et aux victimes de guerre montre l'impact du conflit au niveau local, la mobilisation associative pour aider par des colis les blessés et les prisonniers, rôle bien connu car étroitement surveillé par les préfets. La présence d’hôpitaux, le passage de trains sont aussi abordés : l'Indre accueillit de nombreux blessés, 30 000 d'après l'auteur rien qu'à Châteauroux. L'Indre fut aussi une terre qui accueillit des troupes américaines et l'auteur aborde leur présence et ses conséquences, de leur arrivée à leur départ.

Le bilan humain est traité sous un angle statistique. Toutefois la simple comparaison entre les deux recensements n'est peut-être pas la plus pertinente. Certes les pertes de la guerre sont là, la baisse des naissances aussi, mais quid des mouvements de population avant, pendant et après la guerre ? Certaines communes rurales perdaient de la population bien avant la guerre. Une mise en perspective plus longue eut été pertinente. Il est dommage que l'étude n'ait pas été un peu poussée et que le retour des troupes ait été oublié. Ce dernier chapitre est donc plutôt incomplet sur le thème.


La deuxième grande partie est dédiée aux poilus berrichons. Il s'agit de transcriptions de correspondances et de carnets illustrées de photographies. On y trouve aussi l'analyse de la correspondance d'Henri Pemeur (1914-1916), grand-père de l'auteur et de la transcription d'un carnet d'un soldat de Levroux. Quelques extraits de lettres et de statistiques sur un parcours complètent ce chapitre. Hélas, ces extraits ont tous été choisis pour montrer que ces hommes étaient pressés que la guerre s'achève. C'est donc le choix de l'auteur et il est probable qu'il devait y avoir d'autres passages tout aussi pertinents.

La partie suivante est beaucoup plus originale. L'auteur a travaillé avec les souvenirs d'un combattant, Raoul Coutant, en le présentant d'abord à l'aide de carnets puis de très beaux poèmes. Les portraits suivants sont ceux de combattants racontant longtemps après leur guerre. Le regard est très intéressant car il permet de mettre en évidence la simplification du souvenir autour de quelques repères et anecdotes. Le travail qui m'a le plus intéressé est le regard sur la guerre donné par des témoignages oraux de personnes qui étaient des enfants de 1914, comment ils vécurent cette période. Il ne s'agit pas de leur expérience d'enfant, mais du souvenir de la guerre, nuance importante. Ce sont des pages sur l'aspect local (drames familiaux, anecdotes) que j'ai trouvé les plus enrichissantes. Les pages 142 à 147 sont vraiment, au même titre que la photographie de couverture, deux éléments qui valent la lecture du livre. Ainsi, on apprend l'origine des fameux cadres avec médailles : des marchands ambulants.


La dernière partie, « Mémoire, souvenirs et traumatisme, 1914-1912 » est moins riche mais non moins intéressante : un chapitre évoque le cas de Rose, orpheline qui s'occupa de ses frères et sœurs à l'âge de 12 ans. Une histoire émouvante, illustrée et qui donne à découvrir par l'exemple le cas de ces enfants. Pas de généralisation, c'est juste un cas mais très développé. L'avant-dernier chapitre aborde le cas de monument aux morts de manière globale mais sur les figures féminines, le dernier a pour objet les associations d'anciens combattants mais il ne s'agit que de quelques généralités.


Le livre se termine par un livret de documents reproduits en couleur, tel qu'on voudrait en voir plus souvent !


Au final, un livre très riche, qui donne de nombreuses pistes et qui a la grande qualité de proposer des documents inédits et notamment des témoignages oraux, savoureux (y compris les articles de presse). Il n'apporte pas une vision complète de ce que fut la guerre pour l'Indre même si certaines parties donnent des éléments généraux pour le département. Par contre, par les cas proposés, il donne une excellente vision de ce que fut la guerre pour les combattants et leur famille, principalement issus du canton de la Champenoise.


Revenir à la page précédente

Dernière mise à jour : 7 novembre 2014.