LE PARCOURS DU COMBATTANT

DE LA GUERRE 1914-1918

Représenter et se représenter la
Première Guerre mondiale par l'écrit

Revenir à la page précédente
Revue de presse du Centenaire - presse jeunesse :

Comme pour les adultes, les plus jeunes disposent d'une littérature et de revues spécifiques dont certaines publient actuellement des numéros hors-série sur le thème qui nous intéresse. Tous n'ont évidemment pas les mêmes ambitions, le même public, les mêmes objectifs.


  • Hors-série Ouest-France : Les 2 guerres mondiales expliquées aux plus jeunes. 3,50 €, janvier 2014.


Je n'aborderai ici que la partie concernant 1914-1918. Clairement destiné à des enfants, ce hors-série ne déroutera pas les lecteurs habitués aux publications quotidiennes destinées aux enfants. Et pour cause, il a été élaboré avec les équipes qui réalisent « Mon Quotidien » ou « l'Actu ». On retrouve les mêmes infographies soignées, des photographies, un soin particulier à rendre accessible le vocabulaire, à donner un grand nombre d'anecdotes.
Le traitement est classique, chronologique teinté de thématique. Il est toutefois très « événementiel » et n'apporte pas vraiment d'explications globales. De toute manière, l'ensemble donne l'image d'une juxtaposition d'informations, d'anecdotes.
Pour enfant veut-il dire simpliste ? Non, quand on voit les thèmes abordés, le vocabulaire mais le constat est étonnant : derrière une présentation « moderne », attractive, colorée, illustrée, on a une histoire classique, pour ne pas dire datée. Quelques exemples :
Page 10 : « Nos soldats partent tranquilles « la fleur au fusil » dans une ambiance joyeuse », illustrée par un extrait d'un tableau dont la source n'est pas donnée, mais postérieur à la guerre puisqu'il s'agit du départ gare de l'Est.
Page 11 : un cadre consacré à l'esprit de Noël 1914.
Pages 13 et 14 : l'épisode des taxis de la Marne
Page 21 : Verdun, c'est « 700 000 morts dans les deux camps ». Je passe sur les imprécisions diverses.
L'aspect international de la guerre est principalement vu par les dates d'entrée en guerre, quelques portraits et infographies. L'Angleterre n'intervient que dans la Somme et dans quelques points de la chronologie. Par contre, Mata Hari est évoquée.
Il est regrettable que de vieilles lunes, battues en brèche depuis 40 ans, continuent d'être diffusées ainsi, en particulier aux plus jeunes, ce qui les pérennise un peu plus longtemps encore. On a beau jeu de critiquer Internet quand on voit ce que l'on trouve dans certaines publications « papier ». Il est dommage également qu'aucun travail ne soit fait sur les images, retenues comme simples illustrations.C'est d'autant plus gênant que la première interview commence par un « D'après les livres d'histoire » critique, sous-entendant que la revue apporte une parole plus fiable que les ouvrages généraux sur le sujet.

Une erreur dans la légende de la carte page 28 : la ligne de front au 11 novembre 1918 et la ligne Hindenburg sont inversées.


  • Les docs de Mon Quotidien n°46, 2014, 6 €.


Ce magazine de 97 pages s'adresse aux 10-14 ans. Il est divisé en trois parties : la Première Guerre mondiale est traitée en 30 pages, la Seconde en 43 pages, les personnages en 17 pages et 2 pages de références bibliographiques.

La couverture montre bien l'esprit de cette revue : faire découvrir le conflit et les personnages sous forme de fiches. On retrouve dans le contenu la touche « Mon Quotidien » : des illustrations s'inspirant de photographies, des textes courts et du vocabulaire expliqué. Un minidossier de 4 pages réunit les 9 seules photographies. L'ensemble donne une image relativement complète du conflit, même si l'année 1915 est quasi-absente (par exemple, dans la chronologie, elle se résume à l'entrée en guerre de l'Italie). Pas un mot sur l'Empire Ottoman (qui n'est même pas listé dans les belligérants) qui apparaît sur une carte avec le nom « Turquie » ! ou sur le génocide des Arméniens. Mais, bien évidemment, la mention des taxis de la Marne : « Grâce aux troupes montées par des taxis, les Français remportent la bataille de la Marne »... L'année 1917 insiste beaucoup sur les mutineries. Cette histoire reste donc vue essentiellement du côté français (pas de mention du blocus, des troupes coloniales, de l'armée d'Orient...).
La fiche qui m'a le moins convaincu est celle concernant les lieux à visiter. Le choix proposé n'est vraiment pas à même de faire découvrir à un enfant ce que fut cette guerre : si la tombe du soldat inconnu et le wagon de l'armistice font sens, les autres lieux sont à Verdun. Cela ressemble à une publicité pour cette ville alors qu'il aurait été pertinent de rappeler ici que le front était long de plus de 700 kilomètres et que de nombreux sites permettent d'en découvrir toutes les facettes, et des sites nettement plus adaptés à des enfants : Notre-Dame-de-Lorette, Vimy, Péronne, la Main de Massiges, le Hartsmannvillerkopf pour n'en citer que cinq. Plus problématique encore : inviter à aller voir le mémorial de Fleury qui est tout simplement fermé jusqu'en 2016 !!!
La partie la plus riche au contraire est celle consacrée aux personnages, notamment la biographie du président Wilson.
Le plus gros défaut reste, à mes yeux, le traitement inexistant de l'aspect mémoriel du conflit. Certes, il est question de ce thème à la sortie de la guerre, mais comme dans les autres revues jeunesse, il n'est proposé aucune explication ou grille de lecture concernant le pourquoi de ce centenaire. Car si ces revues sont publiées en 2014, ce n'est pas innocent et ne pas expliquer cet aspect des choses est pour le moins regrettable.


  • Foto News n°5, Les 2 guerres mondiales expliquées aux plus jeunes. 3,50 €, 2014.


Voir les commentaires écrits dans la revue publiée par Ouest-France puisqu'il s'agit exactement du même contenu. Seules exceptions : la couverture (encore qu'on y retrouve des points communs), la présence d'un éditorial dans le Ouest-France et les pages consacrées aux publicités à des endroits différents (pages 4 et 6 pour l'un, pages 4 et 7 pour l'autre ! ). On ne s'étonnera pas non plus de trouver de la publicité pour les hors-séries de Mon Quotidien évoqué pour celui de 14-18 ci-dessus, étant édités par la même maison. Il semble que la maison d'édition ait mis en vente son contenu car ce n'est au final pas deux mais quatre noms différents qui ont été trouvés pour ce qui semble être la même publication (je n'ai pas pu consulter les deux derniers exemples, mais le titre étant le même, la présentation du contenu aussi et, dans un cas, la double-page sur Pearl Harbor strictement identique...). 

    

  • Histoire junior, hors-série n°1, 2014 : 1914-1918, la Première Guerre mondiale. 6,00 €.


Les éditions Faton publient des magazines de grande qualité. Celui-ci ne fait pas exception : papier glacé, contenu dense, mais seulement 27 pages.

Les thèmes abordés donnent une vision globale du conflit, pas seulement au niveau chronologique, mais aussi en permettant la découverte des thèmes liés au conflit : les causes de la guerre, la chronologie, quelques grandes batailles, la vie quotidienne, le monde en guerre, les technologies et l'arrière, la fin de la guerre, les traités de paix et les victimes. On le voit, un traitement nettement plus complet, malgré le faible nombre de pages, que le hors-série de Ouest-France.
Évidemment, le tout est beaucoup centré sur la France et je vois mal des élèves de 3e se contenter de ce qui est dans cette revue (qui cible les 10-15 ans). Par contre, pour les plus jeunes, la présence de vocabulaire, de jeux et d'illustrations est très attractive, tout comme les deux pages de bande-dessinée réalisées par Olier et Marko, créateurs des Godillots.

Petit regret tout de même : on retrouve certaines imprécisions ou maladresses dans les textes. Par exemple, les bataillons scolaires sont mentionnés page 4 mais on a l'impression que tous les garçons en faisaient partie. Même chose pour l'esprit de revanche dont l'encadré donne l'impression que c'est  la raison principale des tensions entre la France et l'Allemagne. Une seule carte est utilisée pour représenter la guerre de 1914 à 1917. Les illustrations sont sans sources le plus souvent, mais elles sont utilisées dans la majorité des cas comme des documents bien légendés.

Une revue qui donne une vision riche, globale et complète du conflit et de toutes ses implications. Le fait que cette publication ait été réalisée en collaboration avec le musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux n'est pas étranger à la qualité rédactionnelle et à la présentation d'une vision nettement plus actualisée du conflit, tout en restant destinée à des enfants.




Revenir à la page précédente

Publication de la page : 13 mai 2014.