LE PARCOURS DU COMBATTANT

DE LA GUERRE 1914-1918

Représenter et se représenter la
Première Guerre mondiale par l'écrit

Revenir à la page précédente Voir la première partie de la revue de presse du Centenaire

Revue de presse du Centenaire (2) :

Il y a des revues généralistes qui dressent un portrait complet du conflit, mais qui oublient souvent son aspect mondial. Il y a des revues qui surfent sur un thème à la mode (et ses « mystères » même s'il ne s'agit souvent que d'anecdotes déjà vues), y allant de leur couplet régionaliste ou donnant une vision partielle et anecdotique (et nombre de "passages oubliés de la Grande Guerre" accrocheurs). Et puis il y a les revues qui profitent de ce centenaire pour publier un hors-série thématique, dans le thème qui est le leur. Ainsi, on aboutit à des revues souvent originales et surtout de grande qualité. C'est le cas de ces hors-série de Courrier international et de Beaux Arts.


  • Courrier international, hors-série histoire, « 14-18, la guerre des autres ». Juin, juillet, août 2014, 8,50 €.


Courrier international est connu pour ses sélections d'articles étrangers. La rédaction a fait le même travail mais en s'intéressant évidemment à la Première Guerre mondiale. Les articles sont récents, l'objectif n'est donc pas de narrer cette guerre, mais d'observer la mémoire, la vision actuelle de ce conflit chez les principaux belligérants. Cet angle permet de rappeler que cette guerre fut mondiale et que chaque pays a sa propre vision, son propre prisme au travers duquel se sont forgées une mémoire et une lecture du conflit.


La première partie, « La guerre des grands » offre un portrait des grandes puissances de 1914. La revue ne travaillant qu'avec des publications étrangères permet d'aborder la vision française au travers de la presse allemande. Cet exercice montre toute la spécificité de ce conflit en France et de notre regard. Les autres pays sont présentés par le biais d'articles de leur presse nationale.

La deuxième partie, « La guerre des petits » s'intéresse aux puissances secondaires (dont la Bulgarie et la Roumanie). La troisième partie, « La guerre des Empires » évoque la guerre vue depuis les anciennes colonies ou par des peuples sans nation à l'époque (comme les Polonais).


Cet ensemble est richement illustré (et pas avec les sempiternelles images que l'on trouve dans trop de publications), a quelques cartes, un lexique des « mots des autres » et présente quelques portraits de mobilisés dont les descendants travaillent pour la revue.

Pour compléter cette liste, j'ajoute une très bonne sélection de témoignages et de films permettant de prolonger la découverte des principaux pays engagés dans le conflit.


Public : passionnés et grand public


  • Beaux Arts, hors-série « La Grande Guerre en bande dessinée ». 7,90 €.


Loin de ressasser les mêmes anecdotes, ce hors-série aborde la guerre au travers de la bande dessinée. Il ne faut pas imaginer que ce ne soit qu'une longue suite de pages de bandes dessinées malgré la présence de 60 pages de BD. La revue est bien plus que cela. Il ne s'agit pas non plus d'un inventaire mais c'est une présentation bien plus riche. On y trouve des articles sur la bande dessinée pendant la guerre, son usage par la propagande notamment. Ces articles vont bien plus loin qu'une simple présentation : ils donnent aussi la parole aux historiens, ce qui permet un approfondissement de chaque thème abordé. Les portraits de Gus Bofa, de Léon Péret sont très riches. La deuxième partie porte sur la manière de représenter la guerre aujourd'hui. Pour chaque exemple, on a, en plus de quelques pages de l'ouvrage en question, une interview de son auteur. L'échange est riche car il aborde à la fois l'aspect artistique, les choix de l'auteur, sa vision de la guerre. On découvre le travail de Joe Sacco, l'incontournable Tardi qui fait l'objet d'une très longue interview où il défend sa vision personnelle et artistique et d'une très longue analyse. Cette partie présente aussi treize moments de la guerre vus par la bande dessinée : narration, commentaires techniques et avis d'un historien.

L'article sur « Correspondance graphique » est très intéressant aussi : il met en parallèle les clichés de la guerre et leur réutilisation graphique (voire des superpositions image/dessin).

Après un échange très riche entre les auteurs ou dessinateurs (Maël, Kris, Jul, Fabien Nury), trois thématiques mises en avant par de récentes bandes dessinées sont présentées.

Si cette revue ne parle que de cet art en France ou lié au front ouest, sa vision est originale et très dense, ce qui en fait un hors-série enrichissant à lire.


Public : passionnés et grand public.



Revenir à la page précédente Voir la première partie de la revue de presse du Centenaire

Publication de la page : 28 juin 2014.