LE PARCOURS DU COMBATTANT

DE LA GUERRE 1914-1918

Si les photographies pouvaient parler... (2)

Image précédente ---------- Galerie ----------- Image suivante


28e RI, au camp de Sissonne, après 1907 (1) :

Tiens ! Un groupe de soldats devant des tentes. Pour compléter un achat (le port étant pour 5 cartes, autant en ajouter une aux 4 déjà prises), mon choix s'est porté sur cette photo carte qui se révèle une fois plus riche que le simple "groupe de militaires, non localisée" de l'annonce.



Victime du tarif "moins de cinq mots" :



"Bon baisers à tous, Claude". Afin de bénéficier du tarif à 5 centimes (au lieu de 10), Claude n'a rien mis de plus. Claude ne nous facilite pas la tâche. Malgré tout, le simple choix de ce tarif nous donne un indice important pour dater la carte.
Habituellement, le cachet de la poste donne cette information. Par malchance, celui-ci est quasi illisible. Il y a bien "27-4", mais la ligne inférieure portant l'année est invisible. Ce tarif de 5 centimes pour moins de cinq mots existe depuis au moins décembre 1904 (2), pour des formules de politesse précises. A partir de 1er décembre 1909 (3), il est étendu à toute correspondance de moins de cinq mots. Le texte de cette carte est dans la logique d'avant 1909, la circulaire de 1904 indiquant :
"Au verso: expression, en cinq mots au plus, de formules de politesse, vœux, souhaits, remerciements, condoléances, telles que :
Amitiés, amicale poignée de main, à bientôt, bien à vous, bonne santé, bon souvenir, bonne chance, bons baisers, compliments à tous, cordiales salutations, embrassements à tous, félicitations, je pense à vous, je vous embrasse, merci, ne m'oubliez pas, souhaits affectueux, tous mes remerciements, etc."
Pour affiner la datation, autre indice, le timbre. La semeuse camée de 5 centimes vert foncé a été mise en circulation en mars 1907. La carte ne peut donc qu'être postérieure. Dans la logique de la circulaire de 1904 et non de celle de 1909, avec un timbre mis en vente en 1907. On peut émettre l'hypothèse d'une carte envoyée en 1907, 1908 ou 1909. A défaut de date sur la carte, une autre piste permettrait de préciser sa datation : trouver les dates où le régiment était dans ce camp.

Quel régiment ? Quel camp ?

Ces deux questions posent souvent problème. Par chance ce ne sera pas le cas ici. Pour le régiment, un simple zoom sur les uniformes donne une réponse immédiate :



Sur le képi et l'uniforme de l'adjudant (qu'on reconnaît au grade sur sa manche), sur les pattes de collet des hommes et même sur certains képis, malgré le manque de contraste sur la photographie, on lit facilement le 28.

Pour la localisation du camp, le cachet sur le timbre, bien qu'incomplet, donne une indication précieuse : SISSO... Il s'agit sans aucun doute du camp de Sissonne dans l'Aisne (4).



Reste un problème avec cette carte : il n'y a pas d'adresse. Un texte, un timbre, mais pas d'adresse. Peut-être était-elle sur un morceau de papier collé comme cela était autorisé (circulaire de 1904) :
"Celle-ci [l'adresse] peut figurer sur une étiquette collée, maïs dont les dimensions ne dépassent pas 2 centimètres sur 5."

Camaraderie, tabac et pinard...



Nous sommes devant des hommes en uniforme, mais ce ne sont pourtant pas les valeurs guerrières qui prédominent. Les hommes semblent vouloir garder un tout autre souvenir de leur séjour au camp.
La pose a beau être classique, la camaraderie est visible entre certains hommes, une main sur l'épaule, ou une manière très personnelle de poser qui se démarque des autres hommes. Au contraire, il faut noter la quasi absence de la classique baïonnette. Elle n'est visible que pour un homme, celui qui tient la gourde. Ce dernier objet est beaucoup plus présent. Ci-dessous dans une position très souvent visible dans les photographie : en position pour verser le pinard dans le quart.



Encore plus présent, le tabac. Toujours sur l'image ci-dessus, en plus de tenir son quart, l'homme de gauche est en train de se rouler une cigarette, son paquet de tabac étant bien visible, posé sur le sol devant sa jambe droite. Probablement le fameux tabac gris (5).





Qui sont ces hommes : active ou réserve ? Les visages fatigués (probablement par une marche ou des exercices qui pourraient expliquer les brodequins poussiéreux), font plus penser à des personnes qui approchent la trentaine que des hommes au début de la vingtaine. Probablement des réservistes donc, peut-être pour leur seconde période. Et cette idée est renforcée par le nombre d'hommes mariés visibles : 5 (probablement plus, toutes les mains gauches n'étant pas visibles).

Encore un détail...



Le photographe aurait-il laissé une partie de son matériel dans le champ ?

Quand l'enquête repart de plus belle :

Ma petite recherche devait s'achever à la fin du précédent paragraphe. Cependant, je suis allé faire un tour sur le site de Vincent Le Calvez, passionné du 28e RI, référence sur le 28e RI sur le Net (6). Et là surprise ! Le même cliché !


Le fait de trouver une autre photo carte du même groupe doit permettre un certain nombre de recoupements qui vont nous en apprendre encore plus que le peu qu'on a pu y voir. La datation ne va pas être facile, l'oblitération n'étant une fois encore pas nette. "26 ?" et une date qui ressemble à un 14 à première vue mais qui n'est pas dans l'alignement du reste des informations pour être 14. A mon humble avis...

Autre élément intéressant, la présence du même numéro 93, preuve qu'il s'agit d'un numéro marqué par le photographe. Ce numéro de lot devait permettre d'identifier facilement le cliché acheté par les hommes du groupe parmi tous les autres lots.

Confirmation qu'il s'agit bien du camp de Sissonne, d'ailleurs si la date du cachet n'est pas facile à lire, il en va de même du lieu où la carte fut postée. Il semble que la première lettre de la commune soit un "S" et il semble que d'autres lettres permettent de dire qu'il s'agit ici aussi de Sissonne. Au bas de l'oblitération, je devine "Aisne".

Ce que nos apprend cette seconde carte, c'est que ce groupe d'hommes avait une fonction bien précise au camp : garde de police du camp". Ce qu'il était impossible de deviner avec la première carte.
De quoi s'agit-il ?
"Dans les cantonnements ou les bivouacs [rappel : un camp est un bivouac de longue durée], chaque corps de troupe a sa garde de police.
Les gardes de police assurent l'ordre dans les lieux de stationnement, y font observer les règles de police, surveillent les équipages et les munitions, y gardent les hommes punis. Elles fournissent les sentinelles et les patrouilles nécessaires à cet effet.
La garde de police d'un régiment d'infanterie est composée d'une section de la compagnie de jour ; elle est commandée par le chef de cette section. Celle du bataillon formant corps ou détaché est composée d'une demi-section commandée un sous-officier ; celle d'une compagnie isolée, d'une escouade commandée par un caporal." (7)
La poussière des effets de ces hommes s'explique alors certainement plus par les aller-retours dans le camp toute la journée que par des manœuvres et exercices.

Conclusion :

Une photo carte qui dit beaucoup de choses mais qui laisse, comme toujours, certains questions en suspend : qui est Claude sur cette photographie ? En quelle année a-t-elle été prise ? Ah ! Si cette carte pouvait parler...


1.
Image : collection A. Carobbi. Réutilisation interdite sans l'autorisation du propriétaire.
2.
Transcription de la circulaire de 1904 sur les tarifs des cartes postales. Un autre site mentionne l'année 1902 pour ce tarif. Il n'a pas été trouvé pour l'instant de confirmation de cette affirmation.
3.
Sur le site des Tarifs postaux français, 1er décembre 1909, le 5 centimes pour cinq mots + signature.
4.
Galerie très complète de cartes postales du camp de Sissonne sur le site de l'Ademis Sissonne. Accès direct à la page sur le camp.
5.
A propos des paquets de tabac pour militaires, quelques exemples sur ce site.
6.
Le site sur le 28e RI : accès direct.
7.
Manuel d'instruction militaire, Librairie Chapelot, Paris, 1914, pages 428 à 431.



Dernière mise à jour de la page : 13 février 2011