LE PARCOURS DU COMBATTANT

DE LA GUERRE 1914-1918

Si les photographies pouvaient parler... (2)

Image précédente ---------- Galerie ----------- Image suivante


Centre des bois de Champagné, vers 1918 (1) :

La guerre, ce sont des hommes au front. Mais elle se fait aussi avec des ressources. Le cas des hommes mis en sursis pour les différents travaux agricoles est connu. Celui des hommes chargés de l’exploitation de la ressource sylvicole l’est moins.



  • Quel est ce lieu ?


Le panneau fixé sur la longue baraque qui sert de fond est claire, mais un peu difficile à lire :



« SERVICE des BOIS de la 4e REGION
CENTRE du MANS DEPOT de CHAMPAGNÉ »


Champagné est une petite commune à l’Est du Mans, connue aujourd’hui pour être le lieu de casernement du 2e RIMa. Il y avait déjà avant-guerre un vaste camp d’entraînement. Difficile de dire cependant où se trouvait ce dépôt : dans le camp ? Dans la campagne voisine ? Aucune source n’a été trouvée pour l’instant à ce sujet. Il ne faut pas cacher toutefois que l’accent sur le « E » final étant quasi invisible car dans la zone surexposée, il n’est pas impossible qu’il s’agisse simplement du « dépôt de Champagne ». En Sarthe existe tout un espace à l’ouest du Mans où les communes ont un nom composé avec le mot « Champagne ». Il se pourrait donc que ce dépôt soit dans ce secteur.

En août 1917, neuf centres des bois sont organisés en France. Non que l’exploitation des bois ait été faite de manière anarchique auparavant. Elle était gérée en particulier par le génie, mais à partir d’août, ces centres deviennent autonomes. Un centre est mis en place au Mans et gère la 4e région militaire à l’exception de la Seine-et-Oise. Ce centre doit aussi administrer toute la 3e RM.
Tout laisse à penser qu’il s’agit bien d’un dépôt appartenant à cette administration vu qu’il est question du « Service des bois de la 4e région ». Un élément plaide pour cette nouvelle structure : un homme possède sur son bras gauche cinq chevrons de présence dans la zone des armées, soit trois années (1 + 4x0,5). Cela donnerait une prise de vue postérieure à août 1917 au minimum. Toutefois, un des chevrons est difficilement discernable et il pourrait n’y en avoir que quatre.



Il ne s’agit pas ici du lieu où se trouve l’état-major de ce centre – situé dans la ville voisine - mais d’un dépôt. Quel sens donner au mot dépôt ici ? En l’absence de toute littérature sur le sujet ou d’autres exemples, j’en suis réduit à faire des conjectures en observant. Peut-être est-ce un lieu où des hommes passent avant de repartir vers une autre forêt. À moins qu’il ne s’agisse des équipes chargées d’exploiter les forêts voisines ou d’hommes gardés en réserve. Dernière possibilité : ce pourrait être un dépôt de bois avant transformation (ce qui expliquerait la présence de certains outils) ou transfert.

  • Qui sont les hommes présents ?


On peut les diviser en trois groupes : l’encadrement, les militaires du rang, les civils. La pose ne laisse rien au hasard : les groupes ne sont pas mélangés. En vert l’encadrement, en rouge les civils et en bleu les militaires du rang.



Pour le personnel d’encadrement, il s’agit de brigadiers, de maréchaux des logis et d’un sous-lieutenant.



Gros plan sur le sous-lieutenant :



Comme le personnel d’encadrement, les hommes qui portent une identification sur leur uniforme sont du 44e RAC. Il ne sont pas artilleurs à proprement parler. Ce sont des hommes placés sous l’administration du 44e RAC mais pour des misions spécifiques. C’est déjà ce régiment du Mans qui gère les détachés catégories A et B dans l’agriculture.



Les soldats de ce groupe sont majoritairement des territoriaux et plus sûrement encore des RAT (réservistes de l’armée territoriale), hommes les plus âgés mobilisés. Leurs traits ne trompent pas.





Certains semblent un peu plus jeunes. Il ne s’agit donc pas de RAT ou même de territoriaux. Ce sont  des « services auxiliaires », c’est-à-dire des soldats ayant un problème les empêchant d’être « service armé » et donc de rejoindre une unité combattante, mais pouvant malgré tout être mobilisés pour des tâches annexes. Deux hommes au moins appartiennent aux services auxiliaires comme l’atteste l’écusson qu’ils portent sur le bras droit. On devine le « X » de « AX »



La dernière catégorie va faire aussi l’objet de plusieurs questions. En effet, il ne s’agit pas de soldats mais de civils. Leurs âges sont beaucoup plus variés, on y trouve notamment plusieurs hommes pouvant être qualifiés de relativement jeunes. Ces personnes étant en France théoriquement mobilisées et non concernées par les sursis pour les travaux forestiers, il doit s’agit de volontaires étrangers.



Certains ont une peau particulièrement foncée. Pourrait-il s’agir de population du Sud de l’Europe ? Italien non, depuis la mobilisation en 1915, les hommes sont appelés au combat également. Peut-être des Espagnols ou des Portugais ?



Un indice pourrait être le dernier homme en uniforme dont je n’ai pas encore parlé.



J’avais d’abord pensé à un sous-officier canadien. En effet, les Canadiens ont été très actifs dans l’abattage des arbres et le travail des bois en 1917-1918, en particulier au nord de la Sarthe et dans l’Orne voisine. Casquette et uniforme sombre m’ont fait penser à un sergent présent pour une raison indéterminée. Mais l’observation attentive m’a conduit à une autre hypothèse. D’abord la veste (notamment le col) et la casquette sont légèrement différentes des tenues canadiennes, abondamment photographiées par Paul Lancre (voir bibliographie). De plus la très grande majorité des casquettes sont munies d’un insigne absent ici. Ensuite, les galons ne correspondent pas à ceux des troupes canadiennes. Elles sont en forme de chevrons alors qu’ici ce sont des traits horizontaux. Se pourrait-il qu’il s’agisse d’un sergent portugais, dont les uniformes ressemblent beaucoup à celui-ci ? Cela accréditerait l’idée que les civils sont des Portugais.

  • La piste des ouvriers portugais :


Les ouvriers étrangers faisaient l’objet d’une surveillance rigoureuse de la préfecture. De ce fait, on trouve des liasses importantes concernant les individus ou les groupes étrangers présents en Sarthe aux Archives départementales. Parmi les liasses, une épaisse concerne justement les Portugais.
On y apprend que 21 ouvriers du « Centre des Bois de Rouen » arrivent en Sarthe en octobre 1918 pour travailler à Jupilles. On a donc là la confirmation de la présence de bûcherons portugais en Sarthe.
Un peu plus loin dans la liasse (qui commence au document le plus récent), on trouve cette lettre :

Le 10 Septembre 1918
Ouvriers Portugais venant de Rouen (Petit Quevilly) pour travailler à Champagné (Centre des bois) »

Gomes, Antonio  Récépissé N° 14265
Moreira, Joaquim Pinto ___________ 14389
Pereira, Antonio ___________ 14390
Esteiro, Mansel Alves ___________ 14393
Corréa, José Cus ___________ 14394
Do Rego, Antonio Ribeiro ___________ 14396
D'Arriba, Manoel Ribeiro ___________ 14397
Ramos, José Fernandes ___________ 14398
Martins, Antonio Affonso ___________ 14399
Rodrigues, Joaquim ___________ 14400
De Miranda, Manoel Affonso ___________ 14401
Carvalho, Marcial Francisco Affonso ___________ 14402
Ferreira, Antonio ___________ 14403
Rodrigues, Alves Joaquim ___________ 14404
Moreira, José ___________ 14405
Da Rocha, Manoel Ribeiro ___________ 14403


Lettre d’envoi du commissaire spécial de Rouen dès réception de cartes vertes les dénommés d’autre part qui sont conduits à Champagné où ils vont travailler pour le compte du « Centre des bois de Rouen » (Service des bois du Génie)
transmise au maire de Champagné avec les récépissés de carte verte.
Le 13 septembre 1918
Signature illisible.

Seize hommes sur le clichés, dix-sept  sur la liste. Toutefois, aussi tentant soit-il le rapprochement a ses limites : les documents consultés ne sont peut-être pas exhaustifs (je n’ai pas utilisé les fiches individuelles) et au moins un autre contingent portugais est passé en Sarthe fin octobre 1917, en direction de Champagné. Cependant, l’hypothèse de bûcherons portugais à Champagné (et non en Champagne, à l'OUest du Mans) semble la bonne, même si la présence d’un sous-officier à leurs côtés n’apparaît dans aucun des documents consultés.

Dans quel contexte ce cliché a-t-il été pris ? Lors de l'arrivée d'un contingent ? A l'occasion du passage d'un photographe ? Lors du départ d'un contingent ? Difficile hélas de faire autre chose qu'une liste des possibilités en l'absence de toute identification. Un simple nom d'ouvrier ou un dossier avec des fiches munies de photographies auraient pu permettre de le savoir. Seule certitude : la majorité de ces hommes retournèrent au Portugal dès la fin du conflit.


  • Toujours une foule de détails :


Cette photographie n’étant accompagnée d’aucun nom, il n’est pas possible de retracer le parcours d’un des hommes visibles. Il reste donc à observer quelques détails.
Certains hommes sont munis d’outils liés au travail du bois (on fera exception de la cafetière). C’est l’occasion de voir un très beau chien.



Ces outils devraient permettre de déterminer, pour qui connaît leur usage, quelles étaient les fonctions de ce dépôt. Un civil tient aussi ostensiblement un outil :



La diversité des uniformes est grande. Certains portent le bourgeron, d’autres une veste d’uniforme, un dernier une veste en velours. Tous les militaires ont soit le képi, soit la tarte des chasseurs alpins, soit le bonnet de police.



La diversité se voit aussi dans la présence de guêtres (on est fin 1917 ou en 1918 tout de même), de bandes molletières et même de jambières. Le service auxiliaire sur la gauche de ce détail était peut-être conducteur d’un attelage.



  • En guise de conclusion :


C’est une chance que tant d’hommes aient souhaité immortaliser leur présence sous les drapeaux. Ces photographies nous permettent de visualiser la quantité difficilement imaginable aujourd’hui de services qui existaient. C’est parfois, comme ici, l’occasion de constater la provenance parfois lointaine de main d’œuvre indispensable à l’économie de guerre.


  • Remerciements :


À Yann Le Floc’h qui a eu la gentillesse de me fournir ce document afin que je travaille dessus.

  • Source :


Archives départementales de la Sarthe, 4 M 387.


  • Pour aller plus loin :


Quelques sites internet :
- À propos des missions des centre des bois : Bulletins des usines de guerre, 3 décembre 1917.
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6245141m/f5.item

- Mise en sursis d’hommes pour les travaux forestiers : Bulletins des usines de guerre, 4 mars 1918.
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62451547/f5.item

- Précisions sur les personnels en 1918 : Bulletins des usines de guerre, 21 juin 1918. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6236614g/f3.item

Un site internet : le site crée par l'ONF à l'occasion du Centenaire. Il met notamment à disposition gratuitement les actes d’un colloque sur la question des forêts. Les articles sont denses et pointus. Mais force est de constater que la question des Centres des Bois reste à défricher.
http://www.onf.fr/forets-grande-guerre/@@index.html

Autre article assez synthétique mais ne développant pas non plus le sujet qui nous a intéressé ici : Jean-Yves Puyot, Les conséquences de la Première Guerre mondiale pour les forêts et les forestiers français. Publié en 2004 et accessible gratuitement ici :
http://documents.irevues.inist.fr/handle/2042/5123

Un livre :

J’ai déjà dit tout le bien que je pense de cet ouvrage ici :

LE GOÏC Matthieu, Haches de guerre, les bûcherons canadiens dans les forêts normandes (1916-1919), Alençon, Éditions du Conseil général de l'Orne, 2010.


Si vous avez des pistes pour analyser cette photographie, n'hésitez pas à me contacter.
Ces petites recherches sont ouvertes à la contribution des lecteurs !


1. Image : collection Y. Le Floc'h. Réutilisation interdite sans l'autorisation du propriétaire.



Publication de la page : 1er octobre 2017