LE PARCOURS DU COMBATTANT

DE LA GUERRE 1914-1918

Si les photographies pouvaient parler... (2)

Image précédente ---------- Galerie ----------- Image suivante


Soldats de la classe 1914, 165e RI, Bellac, octobre 1914 (1) :


S’il convient de ne pas surinterpréter ce que nous apprend une photographie et tout particulièrement l’attitude des personnes qui posent, c’est souvent un document qui rend curieux. On s’interroge alors sur le sort d’un homme. La réponse se contente parfois d’un laconique « Mort pour la France », voire d’une absence presque complète d’informations. Dans d’autres cas, on est confronté à une réalité toute autre que celle proposée par les photographies.


  • André Dancoisne, sursitaire de la classe 14


Ce jeune boucher né en 1894 réussit à obtenir un sursis d’incorporation en vertu de l’article 21 : il ne sera pas appelé lors de l’incorporation de la classe 1914. Le motif de ce sursis n’est pas indiqué dans la fiche matricule, mais on peut penser qu’il a un lien avec son métier de boucher.

Hélas pour lui, l’article 21 de la loi de 1905, non modifié pour ce point par la loi de 1913, est clair : « En cas de guerre, les sursis sont annulés et ces jeunes gens sont appelés avec les hommes de leur classe d’origine ». C’est ainsi qu’il se retrouva à la caserne du 165e RI dès septembre 1914.


  • Au dépôt du 165e RI :


Le parcours d’André Dancoisne n’est pas simple pour autant. Il est appelé dès le 28 août 1914 mais n’est incorporé que le 11 septembre 1914. Il faut probablement y voir un effet de la réorganisation des dépôts et des déplacements de populations liés à l’avance allemande.

Peut-être cela fut-il le cas pour André et sa famille qui vivaient à Roubaix ? C’est une certitude par contre en ce qui concerne le dépôt du 165e RI. Participant à la défense de Lille, le dépôt reçoit l’ordre d’évacuer le 25 août. Suivent le long parcours d’une colonne de plusieurs milliers d’hommes, dont certains en tenue civile, puis l’embarquement vers le Sud. Ce n’est que le 11 septembre que le dépôt arrive à son lieu de cantonnement, Bellac en Haute-Vienne, bien loin du Nord ! André était-il dans cette colonne ?


C’est en tout cas ce qui explique que cette photographie de trois jeunes soldats du 165e RI, de la classe 1914 ait été prise à Bellac et non dans le Nord.



Si aucun de ces trois hommes n’avait été identifié, il aurait été difficile de dire autre chose que « trois hommes posent ». En effet, il n’y a aucun numéro de régiment, que ce soit sur les képis ou les cols. C’est plutôt inhabituel mais peut s’expliquer par les circonstances. Le dépôt a dû abandonner tous ses stocks à Lille et a récupéré uniformes et effets de provenances diverses sans avoir de quoi réaliser les pattes de col nécessaires. Les capotes et les képis semblent d’ailleurs neufs, ce qui est tout aussi inhabituel pour des recrues à l’instruction, ces effets étant réservés aux troupes partant au front.



La jeunesse est notable également. André (à gauche), malgré ses moustaches a un visage assez jeune quand son voisin a un visage encore plus juvénile marqué par l’absence de pilosité.

L’équipement, comme bien souvent dans les dépôts, est composé d’effets divers. Cela se voit aux ceinturons et aux cartouchières dont une est neuve.



Aucun ne porte de guêtres, mais celui de droite a plié habilement son pantalon pour qu’il soit resserré. Le constat est identique pour les brodequins.



Difficile d’être plus précis en ce qui concerne la localisation. On est à Bellac, dans une allée ou une rue donnant sur une porte. Le seul indice est un soupirail. C’est très insuffisant pour se lancer dans une recherche, sauf à vouloir chercher une aiguille dans une meule de foin. Bellac est la ville du 138e RI, mais rien n’indique que le 165e RI caserne avec les autres troupes présentes. Il est même plus probable qu’André et ses camarades cantonnèrent dans différents lieux de la ville (grandes fermes, grandes maisons, écoles…). Il put tout simplement être photographié ailleurs qu’à son lieu de cantonnement, lors d’exercices, d’une marche...



Le pavage au sol est visible, tout comme la porte qui a servi de lieu d’affichage. Cette pratique ne doit pas être nouvelle car on note une affiche annonce de prochaines (ou d’anciennes) festivités dans la commune du Dorat. Je crois deviner début août, mais sans certitude en ce qui concerne l’année (1911 ? 1914 ?). La presse locale n’étant pas numérisée, je n’ai pas pu aller plus loin dans l’investigation. Dommage que la numérisation n’est pas été plus fine.



Les affiches sont celles collées en août 1914, à savoir une proclamation non identifiée malgré la présence de drapeaux et la déclaration du gouvernement du 4 août 1914.



Le verso de la photographie nous donne une autre information : le cliché a été pris le 28 octobre 1914 à Bellac, « peu de temps avant de partir pour le front ».




  • André Dancoisne au front :


Avec à peine deux mois d’instruction et deux séances de vaccination, André Dancoisne est envoyé rejoindre le 165e RI dans la zone des armées. Il ne termine visiblement pas les cours d’élève caporal commencés le 20 septembre. Il est affecté le 13 novembre 1914 à la 2e compagnie dans laquelle il reste jusqu’au 25 septembre 1915. Les Archives municipales de Nancy donnent accès à deux photographies prises pendant cette période, une au Bois des Forges non datée et une le 14 juillet 1915 lors de festivités. Le seul autre élément connu pendant cette période est donné par sa citation : « Soldat de 1er classe. Agent de liaison d’un sang-froid remarquable, a assuré le 28 mars 1915, la liaison entre sa section et son commandant de compagnie, malgré un bombardement violent et intensif. (Blessé à la poitrine, n’a pas voulu être évacué et a continué son service avec le même entrain) ».

Il est évacué vers l’Hôpital d’évacuation du 6e corps d’armée pour embarras gastrique fébrile le 25 septembre 1915. Le JMO indique que le 1er bataillon est à Marre à cette date, ce qui est indiqué sur le billet d’évacuation.

Il semble être à Lyon en juin 1916 : on dispose d’un portrait pris dans cette ville et d’un billet signé par un médecin militaire.




En effet, à cette date, il fait une demande de permission de six jours pour revoir sa famille qui est à Bordeaux. Rien ne dit s’il l’a obtenue. Une justification de sa demande est sa blessure par coup de baïonnette reçue le 30 septembre 1915 au bois des Forges. Or, il n’était déjà plus au front si l’on en croit le billet d’hospitalisation conservé dans le livret individuel. Il n’y a aucune autre mention de cette blessure avant un ajout tardif sur la fiche matricule. Difficile de croire en cette blessure : un autre document prouve sans l’ombre d’un doute qu’il est hospitalisé du 27 septembre au 6 octobre 1915 à Neufchâteau dans les Vosges pour « Gastro-entérite et mauvais état général ».



A-t-il déformé la réalité (ses problèmes de ventre) pour obtenir une permission ? S'agit-il du motif donné par un médecin complaisant ? Le 165e RI n’est à cette date nulle part en ligne au Bois des Forges, depuis plusieurs jours il faisait des exercices du côté de Marre.

Il suit des cours de bombardier du 21 septembre au 4 octobre 1916. Il en sort avec un avis « très apte ». Peut-être a-t-il passé tout le temps depuis sa maladie dans un dépôt ? Rien ne permet de le savoir dans les documents conservés.


Il est affecté au 1er RI le 12 novembre 1916. Il obtient une citation pour des combats en mai 1917. « Dans l’après-midi du 19 avril, étant de service au poste d’observation, est resté à son service de quatorze heures à seize heures trente sous un violent bombardement, donnant de nombreux renseignements relatifs à la progression de son bataillon ».

On sait également qu’il obtient deux permissions (du 28 octobre au 12 novembre 1917 puis du 28 février au 12 mars 1918) avant d’être blessé le 20 juillet 1918. Il est touché à la tête lors d’un mouvement offensif en direction de Saint-Rémy dans l’Aisne. Cette dernière blessure marque un tournant décisif dans la vie d’André Dancoisne. Il est démobilisé le 19 août 1919 à Lille, se marie, a un enfant. Il change plusieurs fois de profession. Mais ce sont les conséquences de la guerre qui marquent le plus cet homme. Elles vont conduire à sa réforme définitive dès 1923 et à l’obtention d’une pension. Les symptômes sont : « État neurasthénique avec dépression physique et intellectuelle qui serait consécutive d’une commotion par éclatement d’obus. Tremblement, céphalées, sommeil irrégulier » en 1927. Il obtient la médaille militaire en 1967 mais la Légion d’honneur est refusée en 1970. Il est décédé en 1975.


  • En guise de conclusion :


Lorsque l’on observe une photographie isolée, on imagine toujours très mal ce qu’il advint de chacune des personnes présentes. Isolée, difficile d’imaginer un parcours au risque de tomber dans le roman. On ne saurait ainsi rien des souffrances endurées pendant et après le conflit par André Dancoisne. Il est bien dommage que, plus qu’une numérisation incomplète ou de qualité médiocre, les personnes faisant le dépôt de ces documents à l’occasion de la Grande collecte n’aient pas été interrogées sur la vie « après ».


  • Sources :


La numérisation des documents à l'occasion de la collecte a abouti à des choix qui ne cesseront de m’interroger (et de me faire grogner). Sur Européana, on trouve les documents concernant ce soldat en résolution correcte, permettant en tout cas cette étude. Cependant, leur accès est plus compliqué depuis une mise à jour du site et il ne s’agit souvent que d’une sélection de documents.

http://www.europeana1914-1918.eu/fr/contributions/12366


D'autres documents, et en particulier le verso de cette carte et trois autres photographies, sont uniquement disponibles sur le site mis en place par les Archives municipales de Nancy pour mettre en valeur les documents collectés. Hélas, la résolution des images est nettement moins bonne !

http://recherche-archives.nancy.fr/ead.html?id=FRAC054395_100Num&c=FRAC054395_100Num_de-13&qid=sdx_q16


Archives départementales du Nord :

Fiche matricule de Dancoisne André, classe 1914, matricule 2736 au bureau de recrutement de Lille, 1 R 3206, vues 406 et 407/877.


Archives municipales de Chatenay-Malabry :

2 Fi 48 - Affiche de la Déclaration du gouvernement du 4 août 1914.


SHD :

JMO du dépôt commun des 165e et 365e RI, SHD 26 N 704/11.

JMO du 165e RI, SHD 26 N 704/2.

JMO du 1er RI, SHD 76 N 571/5.


  • En complément :


L’Est républicain a réalisé un article sur ces documents. La courte biographie reprend le texte d’Européana où la blessure le 30 septembre 1915 est prise pour argent comptant bien que les documents montrent une réalité plus complexe et qui mérite qu’on s’interroge sur les faits tels qu’on peut les lire aujourd’hui.

http://www.estrepublicain.fr/guerre-et-conflit/2014/11/06/je-suis-tres-fiere-d-etre-la-marraine-d-un-brave-petit-soldat

Article consulté le 7 août 2017.



Si vous avez des pistes pour analyser cette photographie, n'hésitez pas à me contacter.
Ces petites recherches sont ouvertes à la contribution des lecteurs !


1. Image : collection A. Carobbi. Réutilisation interdite sans l'autorisation du propriétaire.



Publication de la page : 16 février 2018