LE PARCOURS DU COMBATTANT

DE LA GUERRE 1914-1918

Si les photographies pouvaient parler... (2)

Image précédente ---------- Galerie ----------- Image suivante

Lieu inconnu, début août 1914 (1) :



NOTICE DU SITE SOURCE :

Image : 4FINUM58

Mobilisation en 1914 - Les trains au départ

Photographie d'un quai de gare où est stationné un train de wagons à bestiaux. Les hommes dans les wagons regardent dehors et semblent avoir peu de place. Les femmes et d'autres hommes les regardent sur le quai. Au milieu de la photographie, une femme tend la main vers un homme, et semble vouloir monter dans le wagon.

Note : Les hommes dans les wagons s'apprêtent en fait à partir à la guerre, il s'agit donc d'une scène d'adieux.




Cette photographie appartient aux collections des Archives départementales de Seine-et-Oise. Il s'agit d'une vue stéréoscopique, l'image permettant la perception de la profondeur quand elle est vue avec l'appareillage nécessaire. Attention, il ne s'agit pas d'une image anaglyptique qui est en relief une fois vue au travers de lunettes spéciales.

Elle appartient à la collection déposée par la petite fille d'Henri Bonnot, ancien combattant qui n'est pas l'auteur des clichés.

Cette série sur plaque de verre est connue, certaines images, comme celles de la prise de Courcelles en 1918, sont même célèbres. Pour celle qui nous concerne, on la retrouve dans les collections de la bibliothèque municipale de Senlis par exemple (voir l'image sur ce site).




  • « Les trains au départ »

J'ai choisi de m'attarder sur celle-ci car, prise début août 1914, elle illustre un moment particulier de la mobilisation. On peut découper cette image en trois parties : à gauche, des femmes, des hommes qui restent mais qui sont venus accompagner ceux qui partent, rappelés par l'armée. Entre les deux, un dernier contact dans la zone centrale de l'image.

Le train est au départ. Les wagons à bestiaux s'apprêtent à emmener des hommes. Il ne s'agit pas du départ des soldats vers le front. Pas encore. Ces hommes sont des réservistes qui se rendent à la caserne où ils sont attendus. Des transports par trains étaient organisés par le Plan XVII pour les hommes ne vivant pas à proximité immédiate de la caserne où leur fascicule de mobilisation leur disait de se rendre. Nous sommes devant l'un de ces transports à n'en pas douter.




On voit la valise, ou une sorte de malle en osier de l'un d'entre eux dans le wagon ; des épouses sont venues accompagner leur mari. Avant de partir, les hommes se sont placés au niveau des ouvertures pour un dernier regard, un dernier geste avant de partir vers un destin inquiétant, inconnu. C'est peut-être cette posture qui a fait écrire dans la notice « Les hommes dans les wagons regardent dehors et semblent avoir peu de place. ». Ils ont probablement peu de place pour tous pouvoir se tenir à l'ouverture, mais les wagons à bestiaux utilisés avaient une contenance telle qu'ils ne devaient pas être agglutinés les uns sur les autres pendant le trajet.


Une partie des volets des wagons a été ouverte, autant pour laisser passer l'air d'une de ces chaudes journées d'août 1914 que pour échanger les dernières paroles, les derniers gestes, les derniers regards avant un destin inconnu pour les uns, l'attente incertaine pour les autres.


Parmi ces personnes, un photographe a immortalisé cette scène. L'homme âgé en partie caché, la jeune fille à côté de lui, la femme au centre et celle sur le marche-pieds sont venus ensemble, semble-t-il, accompagner un fils, un mari, un frère, un père ?




Ils ne sont pas les seuls à se presser sur le quai pour ce dernier au-revoir. On le voit nettement derrière, l'attroupement est même bien plus dense qu'au premier plan. C'est justement ce vide au centre de l'image, autour de cette femme, qui attire le regard. Elle est seule, on devine ce qu'elle regarde, qui accapare toute son attention, elle est seule au sens propre mais aussi seule car toute l'agitation autour d'elle ne devait plus exister à cet instant. Qu’exprime son visage ? Bien qu'elle soit légèrement floue, ne devine-t-on pas de l'inquiétude ?




L'agent de la compagnie de chemin de fer visible à droite et ce qui paraît être un militaire à gauche  vont refermer la porte de ce wagon à bestiaux. Le train va partir.


  • Un moment solennel :

Le moment n'est pas seulement solennel par les sentiments, les expressions qui sont visibles sur cette image prise à un moment si particulier. Il l'est aussi car il réunit des personnes en ce lieu qui ont des visions diamétralement différentes de ce qui se passe.


L'homme sur le quai, de dos, semble être un curé. C'est un moment de communion de toute la population, mais pas au sens religieux, au sens d'union face à un danger attendu, redouté, contre lequel on s'est longuement préparé et qu'il faut désormais affronter.




Un homme bien visible face au curé reste sur le quai, un drapeau tricolore à la main. Il rappelle toute l'ambivalence des sentiments de ces jours de départ vers la caserne puis vers le front : de l'euphorie chez certains, de la résignation pour d'autres, de la solennité en général. D'ailleurs, pour que la photographie soit nette, il a arrêté son geste. Qui plus est, il regarde nettement le photographe, ainsi, même s'il reste prise sur le vif, il y a un peu de pose magré tout dans ce cliché.

Pendant que certains fêtent le départ des réservistes, d'autres pleurent : un homme avec un drapeau pour illustrer les premiers, une femme avec un mouchoir pour la deuxième et la foule pour la dernière.


  • Dater et localiser cette photographie :

Dater l'image ? En l'absence de détails, bien difficile. 2 août ? 3 août ? Un peu plus tard encore ? Tout est possible dans la mesure où les hommes ne furent pas mobilisés tous le même jour. Ces hommes ne semblent pas appartenir aux classes d'âge les plus jeunes mobilisées. S'ils ont plus de 34 ans, ce sont des territoriaux. Mais ce n'est pas si facile à déterminer sur une photographie. Sinon, ce sont des réservistes, le plus souvent partis le 2e et le 3e jour de la mobilisation.





Sur le gros plan ci-dessus est visible le décalage qui existe entre les photographies d'une image stéréoscopique. Sur la première, ce décalage permet de voir une pendule. Hélas, il manque un peu de netteté pour y lire l'heure. L'architecture de la gare n'est pas assez visible pour être identifiable.

On perçoit un panneau « Sortie ». C'est donc par là que partiront les familles une fois le train et les hommes qu'il transporte trop loin pour être vus.

Le dernier espoir pour retrouver le lieu de la prise de vue serait de découvrir une source indiquant la gare où la photographie a été prise (et j'ai bon espoir vu que ce cliché a été largement diffusé).


  • En guise conclusion (1)

Comme d'autres clichés, ce qui fait la force évocatrice de cette image est non seulement son thème (le départ des hommes mobilisés vers leur caserne) mais aussi le fait qu'elle soit prise sur le vif et non posée. Elle illustre parfaitement ce qui se passa partout en France et qui est très bien illustré par les vues numérisées par Gallica qui se déroulent autour de la gare de l'Est.

Retrouver le lieu et la date paraît difficile. Est-ce bien utile ici de toute manière ? Pour le curieux, non, mais la force évocatrice de l'image n'est-elle pas suffisante ? Elle illustre parfaitement une scène qui se répéta dans toutes les gares de France et qui parle à celui qui la regarde, même si elle ne dit pas tout.


  • Une autre copie de cette photographie :

Grâce à Bernard Labarbe, voici une nouvelle copie de la photographie étudiée.


La numérisation est plus nette. Cette qualité permet d'observer ce qui se passe à l'arrière-plan.


On observe la même scène qui se répète : des réservistes montés dans les wagons et qui regardent les personnes venues les accompagner.

De plus, cette version propose une localisation : "Gare de l'Est". Cette scène se passerait donc dans la célèbre gare parisienne, lieu principal du départ vers l'Est. Si elle fut maintes fois photographiée début août 1914, cette localisation pose problème. En effet, le bâtiment visible fait plutôt penser à une petite gare de province qu'à l'un des grandes gares de la capitale. Mais en l'absence de tout point de comparaison avec l'intérieur de la gare de l'Est, je ne peux qu'émettre un doute sur ce point pour l'instant. Erwan Le Gall, tout aussi persuadé que cette photographie a été prise en Province, suggère une autre lecture (avec toute la prudence qui s'impose) :et si cette gare de l'Est était une gare de l'Est de la France ?

J'ajoute qu'il pourrait aussi s'agir d'une facilité des producteurs du lot de plaques de verre : la mobilisation à la gare de l'Est a été très photographiée et on en a parlé dans de nombreux journaux de l'époque. Cette légende permet de l'ancrer dans un souvenir commun à de nombreuses personnes.


  • En guise de conclusion (2)

La recherche est donc loin d'être achevée : des questions demeurent ; des regrets également car la copie ne fournit pas la version de gauche, celle où l'horloge est visible. A suivre...


  • Une troisième copie :

C'est l'avantage des photographies tirées en série sur plaque de verre : de nombreux exemplaires existent encore aujourd'hui. Grâce à monsieur Chappart de l'association Etampes-Histoire, l'énigme de l'heure est résolue. Voici le gros plan qu'il m'a transmis et sur lequel on distingue nettement les deux aiguilles : une sur le 6 et une entre le 9 et le 10. Aucun doute : il s'agit de 9h30.



  • En guise de conclusion (3)

La recherche avance grâce à l'aide précieuses de lecteurs ! Il reste une inconnue de taille : le lieu où fut réellement prise cette photographie, ainsi évidemment que le nom du photographe.


  • Dernier rebondissement :
Il y a près d'un an que la réponse à la localisation de cette photographie attendait, disponible comme tant d'autres sur internet.

Yves du forum Pages 14-18 ayant eu son attention attirée sur le présent article par une question, il a réussi à trouver la réponse sur la localisation dans la source de l'illustration d'un article ! Et elle nous emmène bien loin de la gare de l'Est indiquée par la légende de certaines plaques.
En effet, un article du Nouvel observateur en ligne montre un extrait de cette photographie et en donne une source localisant la prise de vue : Tarascon. 




Une rapide recherche sur le Tarascon des Bouches-du-Rhône a montré qu'il ne pouvait s'agir de ce lieu. En effet, on y observe une organisation du quai différente et surtout la présence de auvents absents de notre image. Un autre Tarascon existe, Tarascon-sur-Ariège. 




L'observation d'un cliché de la gare a montré qu'on y trouvait au même emplacement l'horloge, le panneau indicateur, les descentes de gouttières ainsi que la même architecture (dont trois fenêtres exactement au même emplacement sur les deux photographies).




La photographie a donc été prise à Tarascon-sur-Ariège. Un grand merci à Yves pour sa trouvaille.

Cette gare existe toujours, même si le mobilier a été modernisé. On pourrait facilement prendre un cliché au même endroit 100 ans plus tard.




  • En guise de conclusion (4) :

La mise en ligne de sources permet d'augmenter les probabilités de trouver des informations sur les clichés, avec cette difficulté toutefois d'en connaître parfois l'existence. Une fois encore, ce sont les synergies possibles sur internet et, ici, un forum qui ont permis d'avancer dans la lecture de cette image. Malgré les avancées, elle n'a pas encore tout dit. Quand fut-elle prise ? Qui partit de cette gare ce jour-là (la ville comptait 1 600 habitants environ) ? Autant de pistes qu'il ne faut pas fermer car les réponses peuvent être trouvées.


  • Remerciements :

Tous mes remerciements à Bernard Labarbe, Yves ainsi qu'à messieurs Durand et Chappart de l'association Etampes-Histoire qui ont permis de réelles avancées dans la lecture de cette image.




Si vous avez des pistes pour analyser cette photographie, n'hésitez pas à me contacter.
Si vous avez une copie plus nette pour lire l'heure, ce serait un plus intéressant.
Ces petites recherches sont ouvertes à la contribution des lecteurs !




1. Image : collection Archives départementales de Seine-et-Oise. Réutilisation interdite sans l'autorisation du propriétaire.




Publication de la page : 9 septembre 2012 - dernière mise à jour : 12 juin 2014.