LE PARCOURS DU COMBATTANT

DE LA GUERRE 1914-1918

Représenter et se représenter la
Première Guerre mondiale par l'écrit

Revenir à la page précédente


Ce n’est qu’en trouvant d’autres sources que l’on peut constater à quel point les fiches matricules, base de toute recherche sur un homme mobilisé au cours du conflit, sont incomplètes. Le document qui suit est indispensable pour comprendre pourquoi un jeune cavalier fut considéré comme « Non Mort pour la France ».


  • Tué au combat :


Le 12 juin 1918, le 12e régiment de cuirassiers à pied subit les bombardements et une violente attaque allemande à partir de 2h30. Le repli du 1er bataillon est organisé, mais au moins une section doit se frayer un chemin au milieu des ennemis qui l’ont encerclée. Dans ce contexte, le 2e classe Maurice Lecrenais, tireur à la 3e compagnie de mitrailleuses, est touché par un obus. Grièvement blessé, ses camarades font état de son décès.

Le régiment compte ses pertes quelques jours plus tard. Maurice fait partie des 43 morts dénombrés (250 blessés en plus de 110 disparus montrent l’épreuve que fut cette journée pour le régiment).




Son acte de décès est dressé le 22 juin 1918, en voici la transcription :

L’an mil neuf cent dix huit, le vingt deux juin à neuf heures. Etant à Lafraye (Oise). Carte de décès de : Maurice Victor Lecrenais, 2em classe au 12em Régiment de Cuirassiers à pied, 3em Compagnie de Mitrailleuses, immatriculé sous le N° Trois Mille deux cent huit, né le vingt deux Juin mil huit cent quatre vingt seize à Etival, canton de la Suze, département de la Sarthe, domicilié en dernier 228 Avenue de Pontlieue Le Mans, décédé à 700 m de Lejardin (Aisne) le douze du mois de Juin mil neuf cent dix huit à six heures trente minutes « Mort pour la France » fils de : Louis et de Jolais Ernestine domiciliés au Mans, canton dudit, département de la Sarthe. Célibataire. Dressé par nous Georges Marius Rousset, Lieutenant au 12em Régiment de Cuirassiers à pied, officier de l’État Civil, sur la déclaration de Marcel Robert, Maréchal des Logis 25 ans (Croix de Guerre) et de Gaston Thomas, 2em classe 21 ans, tous deux du 12em Régiment de Cuirassiers à pied, témoins qui ont signé avec nous après lecture. (…)


La famille dut être avertie assez rapidement. L’acte est transcrit le 2 mai 1919 par la mairie du Mans. Pourtant, Maurice Lecrenais est absent des listes des tués, de tout livre d’or, du fichier « Mémoire des Hommes ». Comment a-t-il pu changer de statut alors que son acte de décès comporte bien la mention « Mort pour la France » ?


  • Le document :


COPIE

d’une note du 12e Régiment de Cuirassiers

concernant le soldat LECRENAIS Maurice


PARIS, le 10 Octobre 1919.


Le cavalier LECRENAIS Maurice, Victor, Mle 1419 au recrutement du MANS, classe 1916, pour lequel a été fait un acte de décès par l’Officier d’État Civil du 12e Cuirassiers, a été porté « mort pour la France » par erreur.


Ce cavalier a été signalé au dépôt du 12e Cuirassiers comme interné à Mannheim (Allemagne) par avis de captivité du Ministère de la Guerre du 26 Septembre 1918.

Il a été rapatrié le 12 Décembre 1918 et hospitalisé par la suite.

Ci-dessous, copie du papillon collé sur le registre d’état civil en marge de l’acte de décès de LECRENAIS :


A annuler.

Le cavalier LECRENAIS Maurice, Victor, classe 1916, Mle 3208 [au corps], au 12e Cuirassiers, de la 3e Cie de mitrailleuses, est tombé frappé aux deux jambes et au bras droit par des éclats d’obus le 12 Juin 1918, près du Jardin (Aisne) au cours d’une retraite effectuée par le Régiment.

Son Sous-Officier, le Maréchal des Logis ROBERT, et l’un de ses camarades, le cavalier THOMAIN, qui ont signé tous deux l’acte de décès, l’ont vu tomber. Il est à présumer que LECRENAIS s’était évanoui et que les témoins auxquels il n’était pas permis de s’attarder auprès de lui, l’ont cru mort.

Le cavalier LECRENAIS a été fait prisonnier par les Allemands, a été interné à MANNHEIM, suivant avis de captivité du Ministère de la Guerre en date du 26 Septembre 1918. Rapatrié le 12 Décembre 1918.

Il ne doit être délivré aucune expédition de cet acte qui sera [mot masqué par un autre document] ultérieurement à la requête de l’Administration de la Guerre.


Paris, 10 octobre 1919

MAUQUE


Comment l’annonce de la capture de leur fils fut-elle faite à la famille ? Aussi rapidement que possible ?

Ce qui est certain, c’est qu’un acte de décès ne s’efface par sur simple présentation de la personne vivante. Il faut un acte de justice validant l’effacement. Cette nécessité explique la présence de ce dossier au milieu des dossiers de disparus traités par la Justice. Le jugement fut rendu le 16 novembre 1919 et sa transcription fut faite dans les registres d’État civil du Mans le 26 décembre 1919.


  • La suite :


Si cette étonnante parenthèse s’acheva fin 1919, tel ne fut pas le cas de la guerre pour Maurice Lecrenais. S’il n’est pas mort le 12 juin 1918, les séquelles de ses blessures furent très importantes toute sa vie :

- cicatrice de 22 cm par 10 cm à l’arrière de la cuisse gauche avec perte importante de substance musculaire ;

- large cicatrice sur la cuisse droite ;

- Vaste cicatrice partiellement adhérente face interne du coude droit. Limitation de l’extension du coude.

- Deux cicatrices et déviation du poignet. Force de préhension diminuée de moitié.


S’ajoutèrent avec le temps des crampes dans le mollet gauche, de l’œdème et une cyanose au pied gauche et plus généralement une grande fatigabilité et des difficultés pour la marche.


  • En guise de conclusion :


On peut imaginer facilement que cette anecdote, qui dut faire grand bruit dans le voisinage, ne manqua pas de donner espoir à certaines familles de disparus. C’est pour l’instant le seul cas trouvé en Sarthe, après consultation des trois quart des archives des jugements.

Attention à ne pas construire entièrement une biographie autour de ce seul élément et de ses conséquences. On pourrait facilement résumer toute sa vie à ce 12 juin 1918 qui le fit passer très près de la mort. Sans nier ses souffrances, ce serait oublier qu’il se maria, eut trois enfants et vécut au moins jusqu’en 1958.


  • Sources :


Archives départementales de la Sarthe :

- 1 R 1274 : Fiche matricule de Lecrenais Maurice, classe 1916, matricule 1419 au bureau de recrutement du Mans.

http://archives.sarthe.fr/ark:/13339/s00586aa9e64109a/586aa9e670c29

- 1 U 1863.

- SHD 26 N 877/18, JMO du 12e régiment de cuirasiers année 1918.

- Anonyme, Historique du 1er Cuirassiers, sans indication de date ou d'éditeur.



Revenir à la page précédente

Mise en ligne de la page : 10 novembre 2017.