LE PARCOURS DU COMBATTANT

DE LA GUERRE 1914-1918

Représenter et se représenter la
Première Guerre mondiale par l'écrit

Revenir à la page précédente


Les R.A.T. ou Réservistes de l’Armée Territoriale, sont les hommes mobilisés les plus âgés. Normalement, ils ne sont pas destinés à être envoyés au front. Cependant, certains se retrouvèrent dans la zone des armées comme Anthime Cochonneau, cultivateur dans la Sarthe âgé de 47 ans au moment de la rédaction de cette demande.


  • Revenir dans la zone de l’intérieur :


Département de la Sarthe

Arrondissement de Saint-Calais

Commune de Vouvray-sur-Loir


Vouvray, le 28 août 1916.


A. Bouvier, Instituteur à Vouvrays. S.

à Monsieur Ajam, Député de la Sarthe

Ex sous-secrétaire d’État, au Mans.


Monsieur le Député,


Le né Cochonneau Anthime, cultivateur à Vouvray-sur-Loir, soldat R.A.T. de la classe 1889, actuellement G.V.C. à Courtemont-Varennes par Vaulginne (Aisne) groupe 3 poste 1, zone des armées, Mle de recrutement du Mans = 764 (anciennement 31e d’artillerie), vient de faire écrire à la Préfecture, services agricoles, afin d’être affecté dans la zone d’intérieur, pour pouvoir obtenir plus facilement des permissions ou sursis qui lui permettraient de mieux diriger son exploitation agricole de 30 hectares qui se trouve en souffrance depuis environ 18 mois qu’il est parti. Sa femme et son fils de 15 ans ne peuvent suffire à tous les travaux. Impossible de trouver des ouvriers agricoles dans le pays.

Étant dans la zone des armées, M. Cochonneau ne peut obtenir toutes les permissions nécessaires pour diriger sa ferme, c’est pourquoi il désire vivement se rapprocher dans la zone de l’intérieur, le plus près possible de son domicile. Beaucoup de soldats de R.A.T. classe 1889 ont obtenu satisfaction sous ce rapport et peuvent plus facilement veiller aux intérêts de leur maison.

Le dit Cochonneau se demande pourquoi il n’en serait pas de même pour lui. Il vous sera très reconnaissant de vouloir bien intercéder auprès de Monsieur le Préfet afin de lui faire obtenir ce qu’il désire.


Dans l’intérêt de l’agriculture du pays, il serait à souhaiter que l’autorité militaire prît une mesure générale pour tous les R.A.T. cultivateurs, ce qui leur éviterait les réclamations continuelles.


Veuillez agréer, Monsieur le Député, l’expression de mes sentiments respectueux et bien dévoués.


Bouvier


Pourquoi Antime Cochonneau a-t-il demandé à l’instituteur de sa commune de rédiger la lettre ? La réponse est toute simple : dans la fiche matricule, il est noté que son niveau d’instruction est de « 0 » : il ne sait ni lire ni écrire.

En ce qui concerne sa demande, il faut avoir en tête qu’Anthime fut GVC (Gardien des Voies de Communication) en août puis de novembre 1914 à janvier 1915 en Sarthe. Il retourna chez lui mais fut rappelé une troisième fois en avril 1915. Il faut certainement y voir une conséquence d’une instruction ministérielle de février 1915 qui conduisit au replacement des GVC des classes 1890 et plus jeunes par des hommes de la classe 1889. Ainsi, Anthime dut reprendre du service pour remplacer des hommes un peu plus jeunes partis pour le front.


Quoi qu’il en soit, la demande est relayée rapidement par le député au préfet de la Sarthe.


Chambre des députés


4 7bre 1916


Monsieur le Préfet,


J’ai l’honneur de vous recommander M. Cochonneau Anthime, cultivateur à Vouvray s/ Loir, classe 1889, actuellement mobilisé à Courtemont Varennes (Aisne), comme G.V.C., qui désirerait être affecté dans la zone de l’Intérieur pour lui permettre de mieux diriger son exploitation agricole.

Veuillez agréer Monsieur le Préfet, l’assurance de ma haute considération.


Ajam


La réponse de la préfecture est toute aussi rapide :


Le Mans, 7 7bre 16.


M. Ajam, ancien secrétaire d’État.


Vous avez bien voulu appeler mon attention s/ M. Cochonneau Anthime, cultivateur à Vouvray-sur-Loir, garde des voies de communication classe 1889, mobilisé à Courcemont-Varennes (Aisne), en vue de son affectation dans la zone de l’intérieur, ce qui permettrait de mieux diriger son exploitation agricole.

J’ai l’honneur de vs faire connaître que je prends note des raisons qui motivent le changement de région de M. Cochonneau & que je m’occupe de la demande le concernant.


Au crayon à papier figure une petite mention en bas de page : « Ne rien f. (Vu M. le P.) ». Ainsi, officiellement, le préfet transmet la demande, mais dans les faits il semble qu’il n’en fit rien. Est-ce l’application d’une instruction du ministère de la Guerre ?


  • Le retour d’Anthime :


Anthime ne rentra pas immédiatement dans la Sarthe. On ne sait toutefois pas quand il revint dans la zone de l’intérieur, la fiche matricule étant muette à ce sujet. Il fut définitivement renvoyé dans ses foyers le 8 février 1917 et put ainsi reprendre son exploitation agricole. Il bénéficia probablement du statut de détaché agricole catégorie A mis en place en février 1917 (pour en savoir plus).


  • En guise de conclusion :


En avril 1918, ce fut au tour de son fils (le garçon de 15 ans de la demande) Rémy Anthime d’être mobilisé avec la classe 1919. Affecté au 5e régiment de dragons, il ne connut pas la zone des armées en tant que zones de guerre puisqu’il y arriva en janvier 1919 dans les forces d’occupation des pays rhénans.


  • Pour en savoir plus :


On ne peut pas trouver plus précis et complet que ces deux articles provenant du site des GVC sur la question :

Tout sur l’envoi de GVC dans la Zone des Armées en 1915 : http://gvc.14-18.pagesperso-orange.fr/Histoire/Histoire191503ArenfortsGVCversFront.html


Un parcours identique à celui d’Anthime Cochonneau : http://gvc.14-18.pagesperso-orange.fr/LeGVC/LeGVChomme01VitalRIVIERE.html


  • Sources :


Archives départementales de la Sarthe :

- Fiche matricule de Anthime Cochonneau, classe 1889, matricule 764 au bureau de recrutement du Mans, 1 R 1018.

- Fiche matricule de Rémy Anthime Cochonneaun classe 1919, matricule 600 au bureau de recrutement du Mans, 1 R 1306.

- 1 M 560


Revenir à la page précédente

Mise en ligne de la page : 18 février 2018.