LE PARCOURS DU COMBATTANT

DE LA GUERRE 1914-1918

Représenter et se représenter la
Première Guerre mondiale par l'écrit

Revenir à la page précédente


Les documents qui suivent sont rangés dans une pochette intitulée « Affiches à détruire ». Il s’agit d’une lettre envoyée à la préfecture concernant des publicités de la marque allemande « Heinz ». On est en août 1914.


  • Les publicités Heinz, un outil d’espionnage au Mans ?


Le Mans, le 12 août 1914.

Monsieur le Secrétaire Général,

Comme suite au dernier entretien que vous avez bien voulu m’accorder, j’ai l’honneur de vous signaler l’existence, dans un pré sis en bordure du chemin rural dit « des Tambours », qui longe la ligne de Paris à Brest entre le chemin rural ordinaire du Mans à Rouillon, d’un panneau réclame d’une maison allemande, dont les inscriptions sont disposées comme suit :


J’ai eu la curiosité de rechercher ce que pouvait bien signifier le nombre 57, peint en très gros caractères. J’ai constaté qu’en abaissant du centre du panneau une perpendiculaire sur l’axe du chemin des tambours, le point obtenu se trouve très sensiblement à 57x2 = 114 mètres d’un aqueduc qui traverse la ligne et qui paraît insuffisamment gardé. Cet ouvrage, destiné à l’écoulement des eaux potables, pourrait être facilement détruit, bien que l’entrée en soit partiellement obstrué par des détritus de ferrailles : un effondrement aurait pour conséquence d’interrompre la circulation des trains à la fois vers Rennes et vers Caen.

Sans commentaires n’est-ce pas . Dans l’intérêt de la défense nationale, il ne serait peut-être pas inutile que les réclames « Heinz » subissent le sort des réclames « Kub ». je crois d’ailleurs me rappeler qu’il existe une autre de ces réclames en bordure de la ligne du Mans à Paris, à la Sortie du Mans, côté gauche vers Paris, à peu de distance de l’embranchement de la ligne militaire desservant le parc d’artillerie du 31e.

Veuillez agréer, Monsieur le Secrétaire Général, l’expression de mes sentiments très respectueux et de mon dévouement à la défense nationale.

L. Rousset

Léon Rousset, Conducteur des Ponts & Chaussées, 174, avenue Rubillard, Le Mans.


Ce document est sans surprise : les rumeurs et la peur des espions sont une réalité depuis longtemps mises en évidence par les historiens et dont Bruno Cabanne a parfaitement résumé les enjeux et les manifestations dans son livre sur août 1914. Ici, c’est la publicité pour un produit allemand qui est en cause. On le voit, l’auteur de la lettre, sans connaître le sens de ce numéro 57, se lance dans une démonstration ne reposant sur rien mais justifiant ses craintes et conduisant à son auto-persuasion.

Le cabinet du préfet ne prit pas l’information à la légère. Ce n’est pas une surprise quand on sait que des télégrammes officiels avaient été envoyés de Paris et que des faits plus étranges encore conduisirent à des enquêtes dans d’autres départements ou même en Sarthe (saboteurs allemands dans une automobile en provenance de Chartres par exemple).


Voici le rapport de gendarmerie (sans transcription des mentions marginales) :

Cejourd’hui Quinze août mil neuf cent quatorze à onze heures " du "

Nous, soussigné Porcher (Marcel) Brigadier de Gendarmerie et Tixédor (Jean)

gendarme à pied territorial à la résidence du Mans

département de la Sarthe revêtu de notre uniforme, et conformément aux ordres de nos chefs, Rapportons ce qui suit :

Agissant en vertu d’une lettre de M. le Préfet de la Sarthe en date du 13 Août 1914, transmise par notre commandant d’arrondissement le 14 août 1914, sous le N° 1887-3, à l’effet de procéder à la destruction de deux affiches suspectes sises à proximité de la ligne de Brest-Paris.

Pour exécution nous avons procédé à l’enlèvement des deux affiches indiquées : 1° la 1ère située sur le chemin des tambours au Mans, à 30 mètres de la voie ferrée et 102 mètres d’un petit aqueduc traversant ladite voie ferrée et à proximité de l’embranchement des lignes de Brest et Alençon. Cette affiche était émaillée, mesurant 3 mètres 10 de long sur 1m22 de large, portait à la partie supérieure côté gauche un N°57 de 50 centimètres de diamètre, à la partie inférieure le N° d’enregistrement 22-306-10-3-12 et portait en son milieu un cornichon dans lequel se trouve le nom Heinz et au-dessous : « Sauce tomate ».

La 2ème de même forme et dimension était placée au poste n°6 dit de Monthéard, à environ 30 mètres de l’embranchement de la ligne de Paris et des Docks du 31e Régiment d’artillerie. Elle portait également le N°57 partie supérieure côté gauche et à la partie inférieure côté droit le n° 22-306-10-2-12 et au milieu : « Sauce moutarde ».

Ci-joint les deux lettres y relatives.

En foi de quoi, nous avons rédigé le présent en deux expéditions, la 1ère destinée à M. le préfet de la Sarthe, la 2e adressée à nos chefs, conformément à l’article 298 du Décret du 20 Mai 1903.

Fait et clos au Mans, les jours, mois et an que d’autre part.

Tixedor, Porcher


Je n’ai pour l’instant trouvé aucune allusion à ces démontages dans la presse locale. Ils ne sont pas non plus évoqués par André Bouton dans son article publié en 1964 (et repris dans son livre publié en 2014) sur août 1914 au Mans où il ne mentionne que les plaques « Kub ».


  • En guise de conclusion :


Mais au fait, que désigne ce « 57 » ? Lorsque vous consommerez un produit de la marque Heinz, cherchez bien, vous trouverez ce « 57 », systématiquement. Voilà ce que nous indique le site internet de la marque :


« 1892: 57 Variétés

Inspiré par une publicité qui vantait 21 styles de chaussures, Henry J. Heinz décide de faire la même chose pour ses produits et choisit le 57, son numéro porte-bonheur (même si à l’époque, Heinz produisait déjà plus de 57 variétés de produits). Aujourd’hui encore, on retrouve ce numéro sur tous les produits Heinz. »

Source : http://www.heinz.fr/Qui-Sommes-Nous/Le-Mythe-Heinz/Notre-Histoire, consulté le 7 mars 2018.

Léon Rousset visiblement, comme la population en 1914, ne connaissait pas cette histoire !


  • Sources :


Archives départementales de la Sarthe, 1 M 423.

Documents utilisés pour réaliser le plan :

Fond : Plan du Mans dressé par Ed. Blondel La Rougery, 1925, Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE D-8160.

Illustrations :

- Plaque émaillée « Sauce tomate » https://www.pinterest.fr/pin/359725088967558574/ consulté le 7 mars 2018. Image provenant d’une vente sur e-bay qu’il a été impossible de retrouver.

- Plaque émaillée « Sauce moutarde » https://www.paperblog.fr/6520918/57-heinz-sauce-moutarde/ consulté le 7 mars 2018.


BOUTON André, Mémoires d’un Manceau soldat pendant la Grande Guerre. Le Mans, Editions de la Société littéraire du Maine, 2014. 340 pages.



Revenir à la page précédente

Mise en ligne de la page : 13 mai 2018.